Activités royales : Fès : Un plan pour réhabiliter la médina

Activités royales : Fès : Un plan pour réhabiliter la médina

Le programme de requalification et de la réhabilitation de la médina de Fès présenté à SM le Roi s’est vu allouer une enveloppe budgétaire de 1,237 milliard DH. SM le Roi s’est également enquis des travaux de restauration de la mosquée Al Qaraouiyine et d’Al-Minbar Al-Atiq. Le programme de requalification de la médina, qui sera exécuté entre 2007 et 2013, permettra d’améliorer les conditions de vie de la population, de mettre à niveau le tissu urbanistique  et architectural de la ville et d’y promouvoir le tourisme culturel.
Il porte sur plusieurs opérations concernent essentiellement la restauration des habitations menaçant ruine dotée d’une somme de 217,35 millions DH, la réhabilitation des murailles historiques, leur dotation d’éclairage et le renforcement des circuits touristiques pour lequel ont été débloqués 40,2  millions DH. Ces opérations sont financées par un partenariat entre la préfecture de Fès et le  conseil de la région. Il est également question de la réhabilitation du triangle historique la Qaraouiyine, Moulay Driss et Sidi Ahmed Tijani pour laquelle a été destinée une enveloppe de 16 millions DH. Et ce, dans le cadre d’un programme stratégique complétant les efforts des autorités publiques visant la promotion de l’ancienne Médina et qui concerne aussi la restauration de la Medersa Arrachidia, le revêtement des artères et l’aménagement urbanistique des principales zones de façade.
Outre l’aménagement de Jnan Sbil auquel il a été alloué une enveloppe de 30 millions DH, ce programme vise à  promouvoir l’attractivité des différentes artères de l’ancienne Médina, qui connaît une activité touristique importante ainsi qu’à protéger le patrimoine touristique de la ville. Il porte aussi sur la requalification du quartier Zliten, projet qui tend à préserver le patrimoine de ce quartier, à en renforcer le rayonnement touristique et commercial, en restaurer les façades urbaines détériorées et les accès, ainsi que la consolidation du réseau d’éclairage public pour un coût de 34 millions DH.
Il sera procédé également à l’aménagement et à l’amélioration du paysage  urbanistique de l’entrée Bin Lamdoun pour une enveloppe de 6 millions DH. L’objectif étant de parachever les travaux d’aménagement des différents accès de la  ville et de son tissu urbanistique.
Dans le même cadre, il sera procédé à la réalisation de projets relatifs au  développement et à la réhabilitation de plusieurs sites touristiques de la ville, dans le cadre d’un partenariat entre le gouvernement et le compte du  «Défi du Millénaire». Il s’agit surtout de l’aménagement du complexe Lalla Idouna pour un budget de 150 millions  DH et Bab Lmakina et des zones avoisinantes qui s’est vu accorder quelque 651 millions DH et de la  réhabilitation du cimetière Lakbab, Dar Ba M’Hamed Chergui, Dar Al Mokri et Dar Laglaoui.
Ces projets sont à même de réhabiliter la ville de Fès et de la hisser au  niveau d’une destination touristique internationale, en concrétisation des  Hautes instructions royales, prodiguées à l’occasion des premières Assises nationales du tourisme tenues en 2001 à Marrakech, appelant à l’aménagement d’une  nouvelle génération de stations touristiques répondant aux standards  internationaux.
Par ailleurs et pendant la même journée du mardi, SM le Roi s’est enquis, toujours  à Fès, des travaux de restauration de la mosquée Al Qaraouiyine et d’Al-Minbar  Al-Atiq de ce monument religieux. Le projet est mené sous la supervision du ministère des Habous et des Affaires islamiques, pour un coût global de 27 millions DH.
Les différentes interventions de restauration qui ont respecté une méthodologie scientifique basée sur des études et expériences profondes dans le domaine de la protection des bâtiments classés patrimoine international. La restauration de ce joyau architectural a été réalisée par des experts  marocains, dont des architectes spécialisés dans le génie civil, les vocales, l’électricité et la photogrammétrie, et des artisans spécialisés dans les  techniques de restauration du bois, du cuivre et du plâtre.
Les travaux de restauration ont concerné plusieurs parties de la mosquée, dont les coupoles, les poutres, les dômes et les portes, ainsi que le Sahn  (cour) et ses poutres de marbre. Ont été également restaurées les 18  portes en bois de la mosquée incrustées de cuivre.
L’entreprise, les artisans et les professionnels marocains ont fait preuve  d’expérience et d’adresse élevées dans la restauration de ce monument  architectural, qui a allié la finesse de l’art andalou et la perfection de  l’artisanat marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *