Attentat de Yanbu : Le groupe ABB s’en va

« Nous nous préparons à partir », a déclaré à l’AFP un ressortissant américain, l’un des employés d’ABB rassemblés depuis la matinée dans un grand hôtel de la ville industrielle, sur la mer Rouge.
Ces employés ne cachaient pas leur nervosité, deux jours après l’attaque qui a coûté la vie à cinq de leurs collègues ingénieurs: deux Américains, deux Britanniques et un Australien. A la question de savoir s’il avait toujours peur, l’Américain, qui a requis l’anonymat, a répondu: « Oui, certainement ». Il s’est ensuite retiré pour rejoindre d’autres expatriés, engagés dans d’interminables consultations. « Nous partirons aujourd’hui », a indiqué à l’AFP un autre employé d’ABB, qui, à l’instar de ses collègues, était très discret sur ces préparatifs de départ. Selon des sources proches des expatriés d’ABB à Yanbu, l’évacuation pourrait commencer « dès ce soir ».
La décision de leur évacuation a été annoncée la veille par Bjoern Eglund, le porte-parole d’ABB au siège du groupe à Zurich. « Nous leur avons donné le choix entre rester avec des mesures de sécurité renforcées ou bien partir et ils ont tous choisi de partir », a-t-il déclaré à l’AFP, ajoutant: « Nous ferons en sorte qu’ils puissent le faire dans les tout prochains jours ».
M. Eglund a précisé qu’ABB employait plus d’une cinquantaine de personnes à Yanbu dans une raffinerie de pétrole conjointement gérée par le groupe pétrolier américain Exxon Mobil et la société pétrochimique saoudienne SABIC. En comptant les familles de ces employés, c’est au total plus de cent personnes qui seront évacuées, a-t-il ajouté. Il s’agit pour la grande majorité d’Américains mais aussi de quelques Britanniques, d’Australiens et de Canadiens.
Selon ABB, cette décision est sans incidence sur les autres activités du groupe en Arabie. « Nous travaillons comme d’habitude », a affirmé à l’AFP un porte-parole de la filiale saoudienne du groupe à Ryad, Abderrahmane Abdel Karim, affirmant que l’attentat de Yanbu « n’a pas du tout affecté » les activités d’ABB dans le royaume. L’attaque, qui s’est soldée aussi par la mort d’un policier et des quatre assaillants, abattus par les forces de sécurité, est la première dirigée contre une cible pétrolière ou économique dans le royaume, endeuillé depuis l’an dernier par une série d’attentats, revendiqués par le réseau Al-Qaïda.
Yanbu est un important pôle industriel et pétrochimique où opèrent de nombreux industriels occidentaux. La ville abrite une grande raffinerie ainsi que le principal terminal pétrolier sur la mer Rouge, avec une capacité d’exportation de quelque 3 millions de barils par jour (mb/j) selon le quotidien “Asharq Al-Awsat”. Peu après l’attaque de samedi, le géant pétrolier saoudien Aramco a affirmé que ses activités « n’avaient pas été affectées ». Tentant de rassurer le marché pétrolier international, l’entreprise a souligné qu’elle assurait « une sécurité totale et en tout temps » pour ses installations et son personnel. « Nous frapperons avec une poigne de fer quiconque menace la sécurité de ce pays », a averti le prince héritier saoudien, Abdallah Ben Abdel Aziz, dont le pays dépend pour ses revenus à plus de 80% des recettes pétrolières.

• Bilal Kabalan (AFP)

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *