Benjamin : l’INDH a apporté l’espoir

Lloyd Benjamin, président de l’Indiana State University (USA), a souligné, lundi à Casablanca, que l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) a apporté l’espoir pour les couches défavorisées et contribué à l’amélioration des conditions sociales en poussant de l’avant la modernisation économique du Royaume. Intervenant à l’ouverture d’un séminaire sur  »Le système financier marocain et les opportunités économiques » organisé par l’Université Hassan II- Mohammédia, en collaboration avec l’Indiana State University, M. Lloyd Benjamin a indiqué que le Maroc est devenu une référence pour l’Afrique et le Moyen-Orient grâce aux réformes économiques et sociales qu’il a entreprises.
Il s’est dit également enthousiasmé et surpris des progrès réalisés par le Maroc, devenu un leader dans les différents domaines qui touchent, entre autres, au système bancaire et au nouveau code de la famille.
M. Benjamin a, en outre, rappelé que l’Accord de libre-échange (ALE) entre le Maroc et les Etats-Unis vise à renforcer et accélérer la modernisation de l’économie et l’épanouissement de la population marocaine.
M. Benjamin a, à cet égard, indiqué que la tenue de ce séminaire permettra à l’Université américaine et l’Université Hassan II-Mohammédia de tisser des liens de coopération par le biais d’échange d’expériences et d’idées et de relever, par là-même, les défis du millénaire.
De son côté, Mme Rahma Bourqia, présidente de l’Université Hassan II-Mohammédia, a souligné que cette rencontre, organisée également en coordination avec le Centre régional d’investissement de Casablanca et le Networks Financial Institute, ambitionne de faciliter et de promouvoir les échanges entre les divers opérateurs des secteurs publics et privés et les universitaires et de permettre, surtout, aux universités de trouver des niches pour accompagner les besoins du Maroc.
Tout en mettant l’accent sur le renforcement de la coopération entre les deux universités, Mme Bourqia a indiqué que cette manifestation constitue une occasion pour mettre en évidence les caractéristiques des systèmes économique et financier marocains et d’examiner l’impact potentiel de l’ALE.
Il s’agit, selon Mme Bourqia, de répondre aux opportunités croissantes présentées par l’économie globale et d’intégrer cet accord d’une grande importance pour le Maroc afin d’en faire un moteur de croissance économique.
M. Hamid Ben Lafdil, directeur du Centre régional d’investissement de Casablanca, s’est dit, pour sa part, convaincu du rôle de l’université dans l’évolution économique et scientifique des entreprises et de l’importance du renforcement du partenariat entre les milieux universitaires marocain et américain.
Il a, également fait remarquer que l’ALE, qui constitue une opportunité pour les investisseurs des deux pays, aura des retombées positives sur l’économie marocaine et sur le renforcement de la participation du Royaume dans l’économie mondiale.
De nombreux experts universitaires marocains et internationaux et des chercheurs débattront, deux jours durant, en quatre ateliers, des thèmes relatifs notamment aux  »Entreprises marocaines : fonctionnement et compétitivité », au  »Système bancaire et les nouveaux mécanismes de financement » et à  »L’investissement : outil d’accompagnement ».

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *