Blé tendre : une récolte record

Blé tendre : une récolte record

Les objectifs du soutien de l’Etat à la commercialisation du blé tendre prennent forme. Selon un communiqué du ministère de l’Agriculture, du Développement rural et des Pêches maritimes, les indicateurs de l’actuelle campagne de commercialisation sont largement positifs, tant au niveau des quantités qu’au niveau des prix.
Au 15 août 2006, les quantités collectées par les opérateurs céréaliers, qu’ils soient commerçants, coopératives ou minotiers, ont ainsi dépassé les 18 millions de quintaux de blé tendre, enregistrant ainsi une augmentation de 64% par rapport à la moyenne quinquennale 2001-2005.
Selon le ministère de l’Agriculture, cette performance est l’œuvre de l’ensemble des acteurs du marché, puisqu’ils ont tous développé un dynamisme particulier en matière de collecte.
Par groupe d’opérateurs, l’intervention des commerçants demeure prépondérante avec les deux tiers de la collecte totale. Quant aux coopératives et minotiers, leurs parts portent respectivement sur 19 % et 14 %.
Quatre régions se sont par ailleurs distinguées en matière de collecte de blé tendre. Il s’agit de Fès, du Grand Casablanca, de la Chaouia-Ouardigha et des Doukkala-Abda.
La région de Fès occupe ainsi la première place avec plus du tiers des quantités collectées. Quant aux trois autres régions, leur participation dépasse le dixième chacune.
Pour les autres régions, une mention particulière peut être signalée au profit de Meknès Tafilalet, du Gharb, de Tadla et du Tensift qui ont réalisé conjointement plus du cinquième de la collecte. Pour les régions du Souss et de l’Oriental, leur collecte cumulée est d’environ 6 % des stocks céréaliers.
Il ressort de ces résultats que la répartition géographique de la collecte est de nature à atténuer les effets de la concentration spatiale de la récolte. Ce qui permet, ainsi, de mieux utiliser l’infrastructure de stockage disponible, d’éviter les problèmes liés à la logistique de transport du blé tendre vers les minoteries industrielles des zones éloignées des centres de production et, partant, de contribuer à la valorisation de la récolte nationale et à la régulation de l’approvisionnement du pays en blé tendre. S’agissant des prix moyens d’achat du blé tendre au niveau des opérateurs, ils s’établissent actuellement autour de 246 DH le quintal.
Ils connaissent ainsi un redressement notable comparativement à ceux observés en début de la campagne. Notons cependant que ces prix varient entre 237 et 259 DH le quintal, et ceci selon les régions, la qualité, devenue l’élément central des transactions, et l’éloignement des centres d’utilisation.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *