Bras de fer à la Communauté urbaine de Taza

Le président de la communauté urbaine de Taza est dans de mauvais draps à quelques jours de la fin de son mandat. En effet, neuf conseillers viennent d’adresser une correspondance au président de la communauté urbaine et au gouverneur de la province leur demandant d’ajouter un autre point à l’ordre du jour de la session ordinaire du mois d’août. Il s’agit de la destitution du président de la communauté urbaine. Certainement les conflits des élections ont été à l’origine de cette pétition signée par neuf conseillers. Dans cette province, certains réseaux ont mis main basse sur la ville, depuis longtemps. Et lorsque les intérêts d’un réseau sont touchés par l’autre camp, la guerre éclate entre les deux parties. La gestion de la chose locale est souvent reléguée au second plan. Lorsque le réseau qui domine aujourd’hui n’a pas obtenu la présidence de la chambre de commerce, d’industrie et de service, il a récupéré Mohamed Kassal (ex RNI) et a rassemblé les deux tiers pour destituer le président de la Communauté urbaine. La condition de Mohamed Kassal pour rejoindre les protestataires est de prendre la présidence de la Communauté urbaine même pour une semaine. Un titre qui va enrichir son C.V. n’est plus ni moins.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *