Le Maroc présent au séminaire de l’OTAN à Doha

Le Maroc prône la mise en œuvre d’une stratégie multidimensionnelle pour faire face aux risques qui menacent la sécurité dans le monde, a indiqué le secrétaire général du ministère des Affaires étrangères et de la Coopération, Youssef Amrani, insistant sur la nécessité de prendre en compte en particulier la dimension régionale. Intervenant lors d’un séminaire organisé par l’OTAN (Organisation du Traité de l’Atlantique Nord) lundi à Doha, M. Amrani a également souligné que le Maroc estime que la concertation politique demeure nécessaire pour l’émergence d’un nouveau consensus stratégique.
«Il est temps de passer d’une logique de confrontation à une logique de coopération», a-t-il dit, préconisant une «approche globale, intégrée et coordonnée, à même d’aider à faire face collectivement aux menaces sécuritaires». Expliquant l’aspect multidimensionnel pour lequel il plaide, M. Amrani a évoqué non seulement les problèmes liés au terrorisme et aux conflits régionaux, mais aussi ceux relevant de la lutte anti-drogue, de la piraterie, de la sécurité alimentaire, de la protection de l’environnement ou encore de la cyber-criminalité. Quant à la dimension régionale, il en a fait ressortir l’importance en soulignant que si l’OTAN veut assurer la sécurité de l’espace euro-atlantique, il devrait aujourd’hui élargir sa zone d’influence. «Alors que cette sécurité passe par la sécurité en Méditerranée, et que cette dernière passe elle-même par la sécurité en Afrique du Nord, le cercle de solidarité devrait s’étendre jusqu’aux régions sahélo-saharienne et ouest-africaine», a plaidé M. Amrani. Il a ensuite souligné la spécificité de chaque région en s’appuyant notamment sur les exemples de l’Atlantique sud, du conflit du Proche-Orient et du Dialogue méditerranéen. Rappelant la première réunion ministérielle des Etats africains bordant l’Atlantique organisée par le Maroc en août 2009, M. Amrani a indiqué qu’elle a permis la mise en place d’une plate-forme visant à formuler des solutions pour les nombreux problèmes socio-économiques, environnementaux et sécuritaires qui concernent cette zone.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *