«Mieux prévenir que guérir»

«Mieux prévenir que guérir»

Le président du CCDH, Ahmed Herzenni, a pris part à la 9e Conférence de l’Alliance de Haut niveau pour la lutte contre la traite des personnes organisée par l’OSCE à Vienne les 14 et 15 septembre autour du thème «La Prévention de l’Esclavage moderne : mieux prévenir que guérir». Intervenant à cette occasion, M. Herzenni a mis en exergue «la politique suivie par le Maroc en matière de lutte contre toutes les formes de trafic de personnes ainsi que le cadre législatif en la matière», indique un communiqué de la Mission permanente du Royaume auprès des organisations internationales à Vienne, parvenu mercredi à la MAP. Il a en outre souligné l’importance de la coopération régionale et internationale en la matière en vue de réaliser l’équilibre entre la prévention (pour garantir des solutions à long terme), la protection des victimes et la poursuite des auteurs de ces crimes. Plus de 250 représentants gouvernementaux, institutions de protection des droits de l’homme, organisations internationales et ONG ont participé à cette conférence dont les travaux ont été axés sur l’impact de la crise économique mondiale sur la réduction des offres d’emploi et l’augmentation de la vulnérabilité de millions de personnes susceptibles d’être la cible de l’exploitation sexuelle et au travail. Un panel spécial a été consacré aux activités des trois rapporteurs spéciaux de l’ONU en la matière selon leurs mandats respectifs : Mme Najat M’Jid Maalla, rapporteur spécial de l’ONU sur la vente des enfants, la prostitution enfantine et la pornographie mettant en scène des enfants, Mme Joy Ngozi Ezeilo, rapporteur spécial de l’ONU sur la traite des personnes, spécialement les femmes et les enfants, Mme Gulnara Shahinian, rapporteur spécial de l’ONU sur les formes contemporaines d’esclavage.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *