Prières pour la paix sur le Mont Arafat

Plus de deux millions de musulmans se sont rassemblés lundi sur le mont Arafat, près de La Mecque (ouest de l’Arabie saoudite), priant pour la paix et l’Irak menacé d’une guerre par les Etats-Unis. « Me voici répondant à Ton appel, Seigneur, me voici. Tu n’as pas d’associé, à Toi les louanges, de Toi les faveurs et la royauté n’appartient qu’à Toi », répétaient en choeur les pèlerins, vêtus de blanc. En bus ou à pied, la foule a parcouru lentement, par un temps clément, les quelques kilomètres séparant le mont Arafat, de 70 mètres de hauteur, de la vallée de Mina où ont commencé mercredi les rites du pèlerinage.
Les pèlerins sont restés jusqu’au coucher du soleil à Arafat, où le prophète Mahomet a prononcé son dernier sermon il y a 14 siècles, pour une journée de prières et de recueillement. Le stationnement sur le mont de la Miséricorde symbolise l’attente des hommes le jour du Jugement dernier. Ce pèlerinage, marqué par une tension croissante dans la région due à la crainte d’une guerre en Irak, se déroule au milieu de strictes mesures de sécurité adoptées par les autorités saoudiennes. « Que Dieu protège l’Irak et son peuple.
Les Irakiens sont nos frères, et j’implore Dieu pour assurer la victoire à l’Irak contre ses ennemis », dit Khalil el-Ghandour, un Egyptien de 40 ans. « Je prie pour la paix à tous les peuples de la terre. Je n’aime pas la guerre. Je ne veux pas voir mon pays participer à des actions militaires. Les Irakiens sont des frères musulmans », renchérit pour sa part un pèlerin turc, Omer Dogan, 27 ans. Farouk Ahmed, un ingénieur syrien de 50 ans, ne cache pas sa colère contre les Etats-Unis. « L’Amérique veut contrôler le monde arabe et sa richesse. Nous sommes tous des soldats aau service de l’Irak, et tous les pays arabes doivent s’unir » pour aider ce pays. « Mort à l’Amérique, (au président George W.) Bush et à Israël. Ce sont les ennemis de l’islam », clame Habib Pivali, un pèlerin iranien de 46 ans. Pour Yavuz, un Turc de 30 ans, « l’Amérique veut le pétrole arabe. C’est l’ennemi des musulmans ».
Des milliers de policiers, de soldats et de membres de corps paramilitaires étaient déployés le long des routes menant à Arafat, survolées par des hélicoptères, alors que les pèlerins se voyaient offrir de l’eau et des denrées alimentaires. Le pèlerinage se déroule jusqu’ici sans incident majeur et le ministère de la Santé n’a décelé aucune épidémie.
Quelque 25 fidèles sont décédés de mort naturelle. En milieu de journée, les pèlerins ont participé à une prière collective au cours de laquelle le grand mufti d’Arabie, cheikh Abdel Aziz ben Abdallah al-Cheikh, a affirmé que les « ennemis de l’islam visaient la foi et l’économie » des musulmans. « La lutte aujourd’hui est religieuse et économique. Les ennemis essaient d’utiliser tout prétexte pour attaquer » les musulmans et contrôler leur économie, a-t-il dit, sans faire de référence directe à la question irakienne. Les pèlerins ont commencé ensuite à regagner la vallée de Mina pour immoler une bête, généralement un mouton, en souvenir du sacrifice que faillit accomplir Abraham en voulant tuer son fils sur ordre de Dieu. Ils doivent passer trois journées sur la vallée de Mina pour lapider les stèles symbolisant Satan, dernier rite du pèlerinage qui s’achève jeudi. La fête d’Al-Adha sera célébrée mardi.
Le nombre des fidèles venus de l’étranger s’est établi à 1,431 million, un record sans précédent selon les autorités, auxquels se joignent jusqu’à 800.000 Saoudiens ou résidents dans le royaume, dont 200.000 des habitants de la région de La Mecque, selon des estimations non officielles.
Le pèlerinage est l’un des cinq piliers de l’islam que chaque musulman est tenu d’effectuer une fois dans sa vie s’il en a les moyens.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *