Réaction de SAPRESS

«J’ai été très surpris de lire en page 7 de votre édition du mercredi 9 juillet 2003 des propos me concernant directement dans l’article intitulé «Psychologiquement installé dans la mort» et signé par M. Robert Assaraf. Selon ces propos, j’aurais «assuré un salaire mensuel de 25.000 dirhams à M. Ali Lmrabet…» et «garanti l’impression du journal et autres frais généraux sur la base forfaitaire de la distribution d’un nombre d’exemplaires fixé à l’avance…» J’apporte un démenti catégoriquement à ces assertions qui sont sans fondement ni preuve. Dans la pratique, il est arrivé que Sapress accorde des facilités à des éditeurs de journaux, notamment lors de leur lancement, en conformité avec l’un des objectifs que notre entreprise s’est assignée en vue d’aider à la promotion de la presse nationale. En revanche, l’éditeur des hebdomadaires «Demain magazine» et «Doumaine» n’a, à aucun moment, demandé ni reçu d’avances de quelque nature que ce soit et encore moins une quelconque «rémunération». En tout état de cause, nos livres comptables attestent, en toute transparence, la réalité de nos relations commerciales et financières avec chacun des éditeurs dont nous diffusons les publications et ce sur la base de conditions rigoureusement identiques. Notre entreprise se réserve pleine latitude de sauvegarder ses intérêts par toutes voies de droit.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *