Une sénatrice belge d’origine marocaine menacée

Selon le quotidien belge «La Gazette d’Anvers», Mimount Bousakla, une sénatrice belge d’origine marocaine, qui a fait des critique à l’égard des intégristes musulmans, a été placée sous la protection de la police après avoir reçu de « graves menaces ». Le journal, qui citait un responsable de sa formation, le Parti socialiste, a rapporté que la sénatrice avait reçu un appel anonyme l’avertissant qu’elle serait victime d’un « massacre rituel ». Le journal ajoutait qu’elle s’était réfugiée dans un lieu tenu secret, ce qu’une autre sénatrice, Myriam Vanlerberghe, a démenti. « Elle (Bousakla) se porte bien, elle travaille au Sénat et ne se cache pas », a-t-elle affirmé à une agence de presse. Bousakla, a-t-elle précisé, a reçu une protection policière là où cela s’avérera nécessaire, à la suite de « graves menaces » dont elle a été la cible. Un porte-parole de la police d’Anvers a déclaré être au courant du problème et « avoir pris les mesures nécessaires ». Début novembre, la sénatrice Mimount Bousakla avait demandé la dissolution du conseil des musulmans de Belgique en reprochant à cette instance représentative de ne pas avoir invité les musulmans à protester contre la mort de Van Gogh. L’élue s’en était également prise à certaines mosquées permettant à des imams de prêcher une forme radicale de l’Islam.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *