Aéroport de Dubaï : le spectre de la mort

Aéroport de Dubaï : le spectre de la mort

Dubaï, dont l’expansion économique a été réalisée grâce, notamment à une main-d’oeuvre asiatique bon marché, ambitionne de devenir un centre commercial, financier et touristique mondial. L’émirat est l’un des sept membres de la fédération des Emirats arabes unis, qui compte au total quelque 3,3 millions d’habitants, dont plus de 85% sont des expatriés en majorité originaires d’Inde, du Pakistan, du Bangladesh, d’Iran, d’Afghanistan, des Philippines et du Sri Lanka.
L’émirat de Dubaï s’affirme déjà comme une destination touristique en vogue à la faveur de projets colossaux lancés à coups de milliards de dollars sous la houlette du prince héritier de Dubaï, cheikh Mohammad Ben Rached Al-Maktoum, pour pallier le tarissement progressif de ses réserves pétrolières. Depuis le lancement, en 1996, du « Dubai Shopping Festival » -des soldes annuelles extravagantes rapidement devenues un événement international- l’émirat a engagé des travaux gigantesques d’expansion de son aéroport.
Rien que durant ce mois de soldes, de loteries aux montants faramineux, de spectacles, de concerts et d’animations, l’émirat attire près de trois millions de visiteurs. En outre, la compagnie aérienne de Dubaï, Emirates, offre de très importantes réductions sur les billets d’avion. L’aéroport, qui comprend actuellement deux terminaux, a enregistré durant le premier semestre l’année 2004 10,41 millions de passagers, soit une hausse de 27% par rapport à la même période de l’an dernier. Et l’émirat, qui compte environ 1,2 million d’habitants, table sur plus de 30 millions de passagers en 2010 et plus de 60 millions en 2020.
Pour faire face à ce développement phénoménal, l’équipement est actuellement agrandi avec la construction d’un troisième terminal, qui sera réservé aux passagers de la compagnie Emirates, et d’un terminal supplémentaire pour les seules marchandises. Les travaux d’expansion, qui ont commencé en 2002, devraient être achevés en 2006. Leur coût est estimé à 4,1 milliards de dollars. Une partie de ces travaux est réalisée par un consortium émirato-britannique. Le nouveau terminal, un bâtiment géant en forme d’aile d’avion de près d’un kilomètre de long, a été conçu par la société française Aéroports de Paris (ADP). La compagnie Dubai Duty Free, une immense galerie marchande installée dans l’aéroport qui a célébré en janvier ses 20 ans d’activités, avait alors annoncé un chiffre d’affaires record de 380 millions de dollars en 2003, en hausse de 24% par rapport à 2002. En juillet, le président du département de l’Aviation civile de Dubaï, cheikh Ahmed Ben Saïd Al-Maktoum, également président d’Emirates, avait même annoncé que Dubaï allait se doter d’un deuxième aéroport qui devrait être opérationnel fin 2006.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *