Attentats de Londres : Tous les suspects arrêtés

Les présumés auteurs de l’attentat du 21 juillet sont désormais aux mains de la police. C’est en Italie, à Rome, que le dernier suspect fut interpellé. Isaac Hamdi connu aussi sous le nom d’Osman Hussain est soupçonné d’avoir essayé de faire exploser une bombe à la station de métro de Shepherd’s Bush, dans l’ouest de Londres. Cependant, un problème se pose concernant son extradition de l’Italie vers le Royaume-Uni. Si l’accusé accepte d’être extradé, la procédure sera rapide. Par contre, en cas de refus, l’extradition risque de prendre un peu de temps. En effet, l’autorité judiciaire italienne a un délai de 60 jours, pouvant être prolongé d’un mois supplémentaire, pour prendre une décision. Or, son avocat commis d’office a indiqué que son client s’opposait à cette extradition à l’issue d’une audience devant la Cour d’appel de Rome. Selon des sources du ministère italien de la Justice, les autorités britanniques pourraient envoyer dès lundi les documents accompagnant le mandat d’arrêt européen lancé contre lui. Osman Hussain a, en outre, divulgué le nom du chef de la cellule. D’après "La Repubblica", l’homme cité par Osman Hussain serait un certain Mokhtar Said Ibrahim. Âgé de 27 ans, il serait l’un des deux poseurs de bombe présumés interpellés vendredi à Londres, ajoute le quotidien italien. Mokhtar aurait appris à Osman, il y a quelques mois, comment fabriquer des bombes à partir d’engrais et à les placer avec des détonateurs dans des sacs à dos. Ce Britannique d’origine somalienne a déclaré aux enquêteurs que le groupe n’avait pas l’intention de tuer mais d’effrayer. Selon lui, les explosifs qu’il portait n’auraient pas suffi à blesser les gens à proximité. « Mokhtar nous a dit de faire attention. Nous ne voulions pas tuer, simplement semer la terreur », aurait déclaré Osman Hussain aux enquêteurs, selon des propos rapportés par "La Repubblica".
D’autres médias italiens ont rapporté qu’Osman Hussain avait démenti tout lien entre le groupe du 21 juillet et les kamikazes ayant commis le quadruple attentat meurtrier du 7 juillet. Il aurait également affirmé que sa cellule n’avait rien à voir avec la nébuleuse Al-Qaïda.
C’est dans une salle de musculation de Nothing Hill que les deux hommes se sont rencontrés. Durant une certaine période, Mokhtar montrait à son apprenti des photos et vidéos d’horreurs de la guerre en Irak, en vu de l’inciter à fabriquer les explosifs.  « Mokhtar nous montrait des DVD avec des images de la guerre en Irak, surtout les femmes et les enfants tués par les militaires américains et britanniques », a poursuivi le suspect. « Au cours de nos rencontres, nous faisions surtout des analyses de la situation politique et du fait que partout en Occident les musulmans sont l’objet de vexations et qu’ils doivent donc réagir », a raconté l’homme aux enquêteurs italiens, toujours selon le journal. Mokhtar Saïd Ibrahim a été arrêtés vendredi lors d’une spectaculaire opération de police dans le quartier de Nothing Hill, dans l’ouest de Londres. L’opération a permis aussi l’arrestation de Ramzi Mohammed, auteur présumé de l’attentat de la station Oval, dans le sud de Londres.
Les compagnes de ces deux terroristes présumés ont été arrêtées vendredi à la gare de Liverpool Street. Elles tentaient de rejoindre l’aéroport de Stansted, dans le nord-est de Londres, affirme dimanche la presse britannique. Le quatrième terroriste présumé responsable desdits attentats est Yacine Hassan Omar. Il a été arrêté dès mercredi à Birmingham, dans le centre de l’Angleterre. Selon la télévision britannique Sky News, un autre suspect, arrêté vendredi lors de l’opération dans l’ouest de Londres, serait le "cinquième terroriste". Il aurait abandonné une bombe retrouvée samedi dernier dans un parc de l’ouest de Londres. Il s’agit de Wahbi Mohammed, 23 ans, frère de Ramzi Mohammed.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *