Cannes : Elia Suleiman récompensé, 2M aussi

Depuis quelque temps, la deuxième chaîne marocaine de télévision 2m porte un intérêt significatif à la production cinématographique. les coups de pouce donnés par la chaîne aux opus réalisés au niveau national sont foison. l’espace consacré à leur diffusion ne cesse de s’élargir. c’est le cas aussi pour les films arabes qui se démarquent par leur apport esthétique et artistique.
cet intérêt s’est étendu à la co-production de films étrangers comme un acte important dans la stratégie adoptée par 2m pour la promotion d’une production cinématographique de qualité. l’une des dernières productions ayant fait l’objet de coopération entre la chaîne et d’autres pays est le dernier long métrage du jeune réalisateur palestinien elia suleiman intitulé « intervention divine ».
Ce film, récompensé par le plus prestigieux des rendez-vous du 7ème art, a séduit dès le départ les responsables de la chaîne qui ont cru dans le projet d’un cinéaste talentueux n’hésitant pas à l’accompagner.
« intervention divine » a glané le prix du jury et le prix de la critique internationale de cette 55-ème édition et ce, au moment même où était présenté à la presse internationale à cannes le festival international de marrakech, qui célébrera sa deuxième édition du 18 au 22 septembre dans la capitale du sud marocain. en portant le pari sur cette chronique d’amour et de douleur, la chaîne a réaffiché une de ses ambitions à savoir, consolider progressivement sa présence hors des frontières en s’impliquant financièrement dans le cinéma international, comme c’est le cas de la chaîne franco-allemande « arte », également co-productrice du film « intervention divine ».
2m compte aussi, à travers cette démarche, s’inscrire dans une adhésion effective à cette vision faisant déssormais de la télévision le partenaire incontournable pour le cinéma et le support fondamental pour sa promotion. la thématique traitée, l’originalité de l’approche du jeune cinéaste, décrit comme l’un des plus doués de sa génération, le regard qu’il jette sur l’occupation israélienne, ne sont certainement pas étrangers au choix de 2m de participer à la co-production de « intervention divine », qui raconte une histoire d’amour entre, un palestinien d’al qods et une jeune palestinienne de ramallah qui ne peut pas passer de l’autre côté.
cette liaison étrange doit rester secrète. les amoureux vivent de part et d’autre d’un barrage militaire israélien. leurs rendez-vous ont lieu dans un parking qui surplombe le poste de contrôle. ilsne peuvent sortir de la viture, devenue refuge de ler amour mais aussi un lieu d’observation des agissemets des soldats (vérification d’identités, fouilles..) le film est émaillé de scènes de violence qu’on ne saura jamais si elles sont rélles, fruites ou nées du fatasme d’es, écartelé entr amour et souffrance, celled’un père hospitalisé car gravement malade.
dan le film, le cinéaste use d l’ironie et du burlesque ce qui lui a valu sa comparaison à buster keaton par la presse.
natif de la ville d’annasserah (nazareh) il y a 41 ans, elia suleman a vécu à new york, oùil a réalisé ses deux premirs courts métrages:
« intrduction à la fin d’un argumnt », une critique de la repésentation des arabes dan le cinéma hollywoodien et ans les médias, et « hommagepar assassinat », récit d’ne nuit à new york pendant a guerre du golfe. par la suite il signa deux autres ourts métrages « rêve arabe »et « cyber palestine », préenté à cannes en 2001 à la uinzaine des réalisateurs.
« intervention divine » st son deuxième long métrag après « chronique d’une disparition » qui lui a valu le prix du meilleur premier film de fiction au festivalde venise en 1996, où il joait son propre rôle, cellui d’un cinéaste retournant en israël pour faire un film on s’attend à ce qu’il figure dans d’autres affiches festivalières aussi importantes que cannes, notammet à berlin et à venise.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *