Chabat se plaint auprès de la HACA

Chabat se plaint auprès de la HACA

Nouvel épisode de tension entre le PI (parti de l’Istiqlal) et le PJD (Parti de la justice et du développement). Le passage du chef de gouvernement Abdelilah Benkirane à la télévision publique n’a pas été du goût de son rival politique et ex-allié, Hamid Chabat, qui s’est senti visé par plusieurs déclarations.

Résultat, le PI vient de saisir la HACA (Haute autorité de la communication audiovisuelle) pour obtenir un droit de réponse contre les propos du numéro un de l’Exécutif. «Le PI a décidé de saisir la HACA dans le cadre du droit de réponse contre M. Abdelilah Benkirane qui a relié au cours de son passage télévisé sur les deux chaînes publiques plusieurs dossiers, notamment le retrait de l’ancienne majorité, ainsi que les différentes formes de protestation engagées contre les politiques impopulaires du gouvernement, à l’Istiqlal et son secrétaire général Hamid Chabat», a déclaré Adil Benhamza, porte-parole de l’Istiqlal.

Et de poursuivre: «Nous allons demander un droit de réponse dans le même horaire de la diffusion de l’émission du secrétaire général du PJD et dans des conditions similaires de sorte à donner à l’opinion publique l’occasion d’accéder à l’information. Notre but est également la préservation du pluralisme politique garanti par les médias publics».

Reste à savoir quelle sera la décision de la HACA après cette saisine. En tout cas, le chef de gouvernement a effectivement fait référence à son ancien allié à la majorité à plusieurs reprises au cours de son passage télévisé. Benkirane est notamment revenu sur l’une des dernières rencontres qui a réuni les deux hommes le 2 mai 2012 avec les autres membres de la majorité. Le chef de gouvernement a affirmé que les quatre responsables de la majorité de l’époque ont soulevé les propos de Chabat contre des membres du gouvernement.

«Le secrétaire général de l’Istiqlal nous avait promis à la fin de notre rencontre du mois de mai qu’il allait reconsidérer les choses et non pas s’excuser. Quelques jours après, nous avons été surpris par une nouvelle sortie au cours de laquelle il (Chabat) s’en prenait de nouveau à une quinzaine de ministres. Nous avons compris alors que notre alliance ne pouvait pas se poursuivre», a déclaré le numéro un de l’Exécutif. Ce dernier a également fait référence à la marche de protestation organisée par l’Istiqlal contre la dernière hausse des prix du carburant à la pompe ainsi que le rassemblement sur le même sujet de l’USFP (Union socialiste des forces populaires). «Tout le monde sait comment la marche contre l’indexation s’est terminée. Un rassemblement a également été organisé et tout le monde sait comment les participants ont été rassemblés», a lancé Benkirane.

Et de poursuivre en référence au secrétaire général du parti de la balance : «Le monsieur qui a provoqué la dissolution de l’ancienne majorité doit comprendre qu’il a fait des choses dangereuses. Aujourd’hui encore, je ne trouve pas une vraie raison pour ce qui s’est passé. Mais je pense que cela a été bénéfique puisqu’après son départ, nous allons pouvoir travailler sereinement». Et comme pour retourner le couteau dans la plaie, le chef de gouvernement s’est réjoui du maintien du ministre Mohamed El Ouafa au gouvernement. Ce dernier a refusé de démissionner de l’Exécutif défiant la décision du conseil national de l’Istiqlal et surtout son secrétaire général. Ceci lui a valu d’être expulsé des rangs de son parti. Benkirane a expliqué que le ministre El Ouafa devait rester jusqu’aux dernières heures qui ont procédé la formation du nouveau cabinet de Benkirane au département de l’éducation nationale. Finalement, il rebondira au ministère des affaires générales à la place de Mohamed Najib Boulif.
Le chef de gouvernement n’a d’ailleurs pas tari d’éloges à l’égard d’El Ouafa allant jusqu’à déclarer devant l’opinion publique qu’il a des compétences étendues qui vont du droit, à l’économie, en passant par une parfaite maîtrise du fonctionnement de la société marocaine, dixit Benkirane. Si le passage du chef de gouvernement à la télé n’a duré que moins d’un heure et demie, il risque cependant de faire couleur beaucoup d’encre. Apparemment, le show ne fait que commencer…

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *