Dans la cour de khalifa

L’affaire Khalifa, un Algérien devenu archimilliardaire à l’âge de 30 ans, continue de faire parler d’elle. En fuite à Londres, après une poursuite en justice pour «abus de biens sociaux et banqueroute», Rafik Khalifa a laissé derrière lui un empire dont l’étendue et la rapidité de sa chute sont aussi spectaculaires que son apparition dans l’aérien, le secteur bancaire et les médias.
Les juges chargés de l’affaire se trouvent face à une poignée de témoins dont la plupart sont des stars françaises du show business et du cinéma et qui ont amplement des largesses du jeune homme d’affaires, Parmi elles, la véritable figure du grand écran, Catherine Deneuve, citée récemment à comparaître devant la Justice française. C’est ainsi que les policiers de la brigade financière ont interrogé, mercredi 5 janvier, Catherine Deneuve en qualité de témoin. Elle avait été citée par Mohamed Chachoua, le successeur de M. Khalifa à la tête de Khalifa Airways, mis en examen pour « abus de biens sociaux et banqueroute».
En avril 2004, la star française aurait touché, selon les dire de M. Chachoua des sommes non négligeables de la part de Khalifa en contrepartie de sa simple présence à certains événements organisés par ce dernier. Le successeur de M. Khalifa a d’ailleurs déclaré avoir lui-même remis en espèces à la comédienne « de l’argent donné par les représentants de Khalifa », pour qu’elle assiste, le 28 février 2002, à la rencontre de football, à Alger, entre l’Olympique de Marseille et la sélection nationale algérienne. Elle aurait reçu une enveloppe de 45 700 euros. Pareil lors la fête donnée, le 3 septembre 2002, pour la création de Khalifa TV, dans une villa située sur les hauteurs de Cannes. Selon lui, la venue de l’actrice aurait coûté 40 000 euros à Khalifa Airways, dont les fonds servaient moins à assurer le fonctionnement ou le développement de la compagnie qu’à à rétribuer des prestations réalisées par des personnalités en vue.
Lors d’une perquisition menée dans les locaux de Khalifa Airways, les policiers ont trouvé une liste comprenant d’autres bénéficiaires de tels versements, dont le Top Model, Claudia Schiffer. Rafik Khalifa avait convié à la même fête l’acteur Gérard Depardieu, le chanteur britannique Sting, l’irlandais Bono du mythique groupe U2 et le mannequin Naomi Campbell. Lors de son audition, Catherine Deneuve a démenti ces propos. Elle a affirmé avoir été défrayée, en espèces, à hauteur de 15 200 euros déposés à son domicile parisien. Interrogé sur les liens existant entre le groupe Khalifa et l’acteur Gérard Depardieu, M. Chachoua a précisé que si l’intéressé avait pu voyager gracieusement dans les avions du groupe Khalifa, il n’avait pas reçu d’argent en espèces. L’acteur devrait être prochainement entendu comme témoin.
Aux yeux de l’acteur, Rafik est tout simplement «le sauveur de l’Algérie». À la tête d’une flotte aérienne de 34 gros appareils et d’un groupe industriel de près de 15 000 salariés, Rafik est le fils du général Laaroussi Khalifa, ancien secrétaire général au ministère algérien de l’Armement et des Liaison générales, ancien ministre et ancien patron d’Air Algérie. Le fils a investi dans le bâtiment, la location de voitures et dans des laboratoires pharmaceutiques … sans oublier sa banque privée en Algérie et sa chaîne de télé sur satellite. Tout cela depuis 1999. Pour plus de popularité encore, Khalifa s’était fait le sponsor de clubs sportifs, comme l’OM et l’équipe de rugby de Bègles, et s’affichait volontiers avec des stars de l’écran. Une popularité qui a fini par se retourner aussi bien contre lui que contre ceux qui l’ont fréquenté.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *