Décès du marchand d’Al Hoceima: Les responsables doivent payer

Décès du marchand d’Al Hoceima: Les responsables doivent payer

Suite au drame arrivé la nuit du vendredi 28 octobre qui a fait une victime, en l’occurrence Hassan Fikri, marchand de poisson de son état, SM Mohammed VI a donné ses Hautes instructions au ministre de l’intérieur pour se déplacer dimanche dans la ville d’Al Hoceïma pour présenter les condoléances au nom de Sa Majesté à la famille du défunt.

Selon un communiqué  du ministère de l’intérieur, le ministre de tutelle a également transmis à la famille les instructions royales pour entamer une enquête minutieuse et approfondie et la poursuite de n’importe qui s’avérant avoir une responsabilité quelconque dans  cet incident. Cela, bien entendu avec l’application stricte de la loi afin de donner l’exemple à quiconque aura failli à ses missions et ses responsabilités.

Pour rappel, le marchand de poisson est mort, vendredi soir dans la ville d’Al Hoceima,  écrasé par un mécanisme de compactage dans un camion-benne de ramassage d’ordures, après la saisie de sa marchandise.  Tout a commencé lorsque les représentants des autorités locales ont saisi la marchandise du défunt (de l’espadon qui est interdit de pêche). Ils ont ensuite décidé de la détruire sur le champ en faisant appel au camion broyeur.

Une fois sa marchandise mise dans la benne du camion, le propriétaire refuse catégoriquement la destruction et s’y oppose en entrant à l’intérieur. Une vidéo circulant sur les réseaux sociaux montre la victime, en compagnie de trois autres personnes, monter sur la benne pour, visiblement, tenter de récupérer la marchandise.

À un certain moment, le mécanisme s’active. Les trois personnes descendent dans l’empressement en criant, tandis que la victime reste bloquée. Et des internautes d’évoquer  la thèse du meurtre. Selon certains médias, le conducteur du camion aurait activé le mécanisme de compactage du camion en sachant sciemment que la victime s’y trouvait.

A toutes ces allégations et bien d’autres, c’est l’enquête ouverte par les autorités compétentes qui donnera les réponses.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *