La consommation marocaine des médicaments

La consommation marocaine des médicaments

Les Marocains consomment beaucoup plus les médicaments de l’appareil digestif, du métabolisme et du système nerveux. C’est ce qui ressort de l’analyse des ventes des médicaments publiée récemment dans un mémento par l’Association marocaine de l’industrie pharmaceutique (AMIP). En effet, l’étude des classes thérapeutiques révèle que la part prépondérante revient aux médicaments de l’appareil digestif  avec 19,3 % de part de marché et près de 950 millions de dirhams, du métabolisme, des anti-infectieux et du système nerveux central. Ils représentent à peu près la moitié du marché.
Les médicaments de l’appareil cardio-vasculaire arrivent en 4ème position avec à peu près 8,9% du marché alors que ceux des organes des sens, occupant la 9ème place du classement, ne représentent que 4,1% de la part du marché. La consommation marocaine des médicaments de l’appareil respiratoire n’est pas négligeable. En 2004, elle a atteint 8,8 % de la part du marché.
Par ailleurs, la distribution du médicament, faite par le biais de laboratoires fabricants de produits finis, de grossistes et de pharmaciens d’officine, obéit à deux schémas.
Le premier circuit de distribution de médicaments passe par trois stades. Les médicaments sont acheminés en premier lieu du laboratoire vers les grossistes. En 2004, on dénombre au Maroc plus de 40 grossistes répartiteurs à travers le territoire national.
Ensuite, les médicaments sont distribués aux pharmaciens d’officine qui, à leur tour, les vendent aux consommateurs. Ce circuit, laboratoire-grossiste-pharmacie-consommateur, est prédominant: près de 90 % des produits transitent par ce circuit pour le marché intérieur. Le deuxième schéma de distribution du médicament est la livraison directe aux pharmaciens. Les laboratoires livrent directement près de 10 % des produits aux pharmacies. La même proportion est adressée aux cliniques semi-publiques et aux hôpitaux.
Par ailleurs, la structure de la consommation des médicaments montre que l’ensemble des classes thérapeutiques est couvert par l’offre locale. Selon la même source, l’industrie pharmaceutique nationale satisfait plus de 70 % des besoins nationaux en médicaments.
Les 30 % restants sont assurés par les importations de produits à faible volume de consommation provenant surtout de l’Europe notamment de la France, l’Espagne, l’Italie et l’Allemagne. Le Maroc importe également des pays arabes à savoir la Tunisie, l’Egypte et l’Arabie Saoudite. Et même des pays asiatiques. En 2003, le Maroc a importé 287 tonnes de médicaments de la Chine et 44 tonnes de l’Inde.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *