Le Maroc attrayant

Par nationalités, les Français arrivent en tête des touristes étrangers qui se sont rendus au Maroc durant la période janvier-mars 2004 avec 249.827 visiteurs, s’inscrivant en hausse de 28% par rapport à la période correspondante de 2003.
Les visiteurs espagnols viennent en seconde position avec 61.574 (+42%), suivis des Allemands avec 35.650 (+5%), des Anglais avec 33.041 (+15%), note « Tourisme Newsletter », bulletin trimestriel du ministère du Tourisme, ajoutant que ces résultats sont « les fruits des accords signés par le gouvernement avec les tour-opérateurs TUI et Globalia qui ont abouti d’une part à l’ouverture d’une nouvelle ligne Madrid-Marrakech et à la densification, d’autre part, des lignes Paris-Marrakech et Paris-Fès ». Les arrivées de touristes arabes, italiens, belges, américains et néerlandais ont totalisé respectivement 29.359 visiteurs (+ 4%), 23.779 (-1%), 19.950 (+23%), 18.250 (+29%) et 15.765 (+ 22%).
Le nombre de Marocains résidant à l’étranger (MRE) ayant séjourné au Maroc durant cette période s’est élevé à 327.376, soit 33% du total des arrivées des non-résidents entre janvier-mars 2004.
La structure du flux touristique selon le mode transport reflète la prépondérance de la voie aérienne, empruntée par plus de trois quarts des touristes étrangers, note la publication, précisant que quelque 166.938 touristes ont transité par l’aéroport d’Agadir (+35%), 129.905 par l’aéroport Mohammed V de Casablnanca (+10%) et 98.007 par l’aéroport de Marrakech (+8%).
Les voies aérienne et terrestre ont enregistré des hausses respectives de 12% et 11% par rapport à fin mars 2003, tandis que la voie maritime a connu une quasi-stagnation.
Par ailleurs, le nombre de nuitées déclarées par les hôtels classés durant la période janvier-mars 2004 a affiché une hausse de 12% par rapport à la même période de 2003, passant de quelque 2,53 à 2,83 millions de nuitées. Cette évolution s’explique essentiellement par le rebond des nuitées réalisées par le tourisme international dont le nombre s’est accru de 10 %, sachant que la demande interne qui représente plus de 20% de l’activité de l’hôtellerie a enregistré une progression de 17%. Si les nuitées à Rabat ont accusé une baisse de 1%, toutes les autres destinations ont enregistré par contre des progressions. Il s’agit notamment de Tanger et Marrakech qui ont enregistré des hausses de +21% chacune, Fès et Ouarzazate (+13% chacune), Casablanca (+8%) et Agadir (+6%).
La répartition de ces nuitées par marchés émetteurs fait ressortir d’importantes hausses oscillant entre 4 et 61%, à l’exception de l’Allemagne et des Pays-Bas qui ont accusé respectivement des baisses de 11 et 1% par rapport au premier trimestre de l’an dernier. Les trois principaux marchés émetteurs de la période sont la France avec 1,07 millions touristes, l’Allemagne (241.005) et le Royaume-Uni (141.178).
La durée moyenne de séjour de touristes étrangers dans les hôtels classés s’est établie à sept nuitées, note la publication, ajoutant que les Allemands ont réalisé la plus longue durée de séjour au Maroc avec une moyenne de neuf nuitées.
Le taux d’occupation moyen de ces hôtels a progressé d’un point par rapport à la même période de l’année passée pour se stabiliser aux alentours de 39% à fin mars 2004.
Les principaux pôles touristiques du Royaume ont enregistré durant le trimestre en question des hausses au niveaux de leurs taux d’occupation, fait remarquer le ministère, précisant que Rabat, Tanger et Marrakech ont vu leurs taux d’occupation progresser respectivement de 8, 7 et 5 points au moment où ceux de Fès et Agadir ont baissé respectivement de 5 et 3 points.
L’offre touristique dans le secteur hôtelier classé, évaluée en termes de chambres occupées, qui a évolué de 9% par rapport au premier trimestre 2003, explique en partie la faible progression du taux d’occupation. La demande a pour sa part progressé de 13%.
Les recettes de voyages générées au titre du tourisme récepteur, se sont chiffrées à 6,87 milliards de dirhams, soit une hausse de 7% par rapport à la même période de l’année écoulée, indique la même source, ajoutant que cette hausse est imputable tant aux recettes en devises de billets de banque qui se sont établies à près de 4,49 milliards de DH (+7% ou 312 millions de DH) qu’aux recettes réalisées sous forme de virements bancaires reçus par les opérateurs du secteur touristique qui ont totalisé quelque 2,38 milliards de DH (+7% ou 159 millions de DH).

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *