Le PJD n’a pas apprécié la visite de Peretz

Le PJD n’a pas apprécié la visite de Peretz

Le Parti de la justice et du développement (PJD) a fini par s’exprimer et réagir officiellement à la visite au Maroc d’Amir Peretz, chef du parti travailliste israélien. Dans un communiqué rendu public le 27 février 2006 après la réunion du secrétariat général de ce parti, samedi dernier, le PJD qualifie d’"inopportune" la visite d’Amir Peretz. Dans ce communiqué, le PJD estime que cette visite l’est surtout du moment où "l’opinion publique attendait et attend toujours de voir le Hamas et la nouvelle direction palestinienne accueillis au Maroc".
Ce communiqué du PJD commence par lancer un appel aux gouvernements arabes et au gouvernement marocain en particulier pour continuer à soutenir l’Autorité palestinienne. Les amis de Saâd Eddine Al Othmani appelle ces gouvernements à "ne pas se soumettre aux pressions américaines visant à punir le peuple palestinien", lit-on dans le communiqué du PJD. Amir Peretz, qui a succédé à Shimon Peres à la tête du parti travailliste, avait effectué une visite au Maroc le vendredi 17 février 2006 où il a été reçu par Sa Majesté le Roi Mohammed VI au palais royal de Fès pour un entretien en tête-à-tête. Peretz avait déclaré à cette occasion que "Le Maroc a été et demeure un acteur essentiel dans le processus de paix au Proche-Orient particulièrement lorsque ce processus traversait des moments difficiles".
D’après la presse israélienne, la visite-éclair d’Amir Peretz au Maroc a été dictée par les derniers développements dans la région et notamment après les élections législatives palestiniennes qui ont été favorables au mouvement Hamas, organisation qui ne reconnaît toujours pas l’Etat hébreu et refuse de désarmer.
Amir Peretz aurait choisi le Maroc pour lancer une nouvelle initiative pour la paix dans la région. Cette initiative cherche à établir de nouveaux canaux de dialogue avec le monde arabe pour débloquer le processus de paix mis à mal par l’arrivée du Hamas aux affaires. Elle vise notamment à impliquer des pays arabes représentant ces "forces modérées" qui pourraient donner un nouvel élan à tout le processus. Le plan d’Amir Peretz aurait été soumis à Sa Majesté le Roi lors de la même visite.
Après le Maroc, Amir Peretz s’était rendu en Egypte le 22 février 2006 pour rencontrer le président Hosni Moubarak. Il devait rencontrer, dans les semaines à venir, Mahmoud Abbas. L’initiative de Peretz est au centre de ces rencontres.
Le PJD est le deuxième parti politique marocain, après Annahj Addimokrati, à réagir à la visite d’Amir Peretz en plus du Comité de soutien aux peuples palestinien et irakien présidé par l’avocat Khalid Soufiani.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *