Libye : Quand Kadhafi faisait appel à la chirurgie esthétique

Libye : Quand Kadhafi faisait appel à la chirurgie esthétique

Mouammar Kadhafi craignait apparemment moins l’usure du pouvoir que l’outrage du temps. Un chirurgien esthétique brésilien affirme aujourd’hui que le guide libyen s’est offert ses services il y a seize ans pour se rafraîchir un peu: un coup de bistouri, en pleine nuit, au fond d’un bunker de Tripoli, avec une pause au milieu de l’opération, le temps que le patient avale un hamburger. «Il m’a dit que cela faisait 25 ans à l’époque qu’il était au pouvoir et qu’il ne voulait pas que la jeunesse de la nation le voit comme un vieil homme», a confié le Dr Liacyr Ribeiro à l’Associated Press. «J’ai conseillé un lifting, mais il a refusé», préférant une intervention plus discrète. Pour se donner un coup de jeune, le dirigeant libyen aurait donc subi une liposuccion à l’abdomen, la graisse étant réinjectée pour défroisser son visage strié de rides. Des implants capillaires auraient complété la transformation. Agé de 70 ans, le Dr Ribeiro est un chirurgien de réputation internationale qui a écrit deux livres et participe à des congrès dans le monde entier. C’est à l’occasion d’une conférence à Tripoli, où il était venu parler de sa spécialité, la chirurgie mammaire, qu’il a été approché par un responsable libyen en mai 1994. Mohammed Zaïd «est venu me voir et m’a dit qu’il voulait me faire rencontrer quelqu’un que les Libyens aiment beaucoup», a-t-il dit. «A cause de ma spécialité, j’ai pensé qu’il allait me présenter sa femme». Mais l’homme l’a conduit dans une demeure surveillée par une pléthore de gardes armés. «Zaïd et moi avons été emmenés dans une bibliothèque installée sous une tente à l’intérieur de la maison et là il m’a dit qu’il voulait que j’examine Kadhafi». Quelques minutes plus tard, le Guide libyen, vêtu d’une longue tunique blanche, pénétrait dans la pièce. «Il m’a serré la main et m’a salué, dans un anglais parfait». «C’était quelqu’un d’extrêmement poli, intelligent, cordial et doux, qui m’a rapidement dit ce qu’il voulait et pourquoi», se souvient-il. Le colonel Kadhafi voulait être opéré tout de suite, mais le chirurgien avait besoin d’une équipe et l’intervention a donc été programmée pour juin 1995. L’opération secrète a commencé à 2h du matin, dans le bunker de Kadhafi, qui «possédait deux salles d’opération totalement équipées et très modernes, une salle de gym et une piscine». Le dirigeant libyen n’a pas été endormi: «il a insisté pour avoir une anesthésie locale disant qu’il voulait rester alerte», précise le chirurgien. «C’était un patient très calme».
Le Dr Fabio Naccache, un chirurgien esthétique basé à Sao Paulo, a confirmé à l’AP qu’il faisait partie de l’équipe qui a opéré le dirigeant libyen et qu’il avait posé des implants capillaires. A peu près au milieu de l’intervention, qui a duré quatre heures, le colonel Kadhafi a eu faim. «Des hamburgers ont été apportés pour tout le monde et l’intervention s’est arrêtée quelques minutes le temps que nous mangions». Après quoi, le chirurgien est reparti avec une enveloppe pleine de dollars et de francs suisses, dont il n’a pas voulu révéler le montant. «Tout ce que je peux dire, c’est que c’était plus que ce que je fais payer pour mes services au Brésil», consent-il seulement à dire. Le médecin est resté dans la capitale libyenne pendant dix jours pendant la convalescence du colonel Kadhafi. Il pense que ce dernier a fait appel à lui car les chirurgiens libyens «étaient soient incapables de faire ce que j’ai fait ou avaient trop peur qu’il meure sur la table d’opération». A l’époque, Kadhafi avait 53 ans, mais en paraissait au moins dix de plus, selon le Dr Ribeiro. Après, il avait l’air d’un homme de 45 ans, dit-il.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *