Ouverture prochaine d’un consulat général du Maroc à Naples

Ouverture prochaine d’un consulat général du Maroc à Naples

Le siège du nouveau consulat sera opérationnel d'ici début février prochain, a-t-il précisé dans un entretien à la MAP, expliquant qu'il s'agit, en effet, du transfert du consulat général du Maroc à Rome vers Naples pour des raisons liées à "l'évolution de la démographie marocaine en Italie".

M . Abouyoub a fait observer que ce transfert, qui interviendra dans "quelques jours", sera suivi, au cours de l'été prochain, de l'ouverture d'une antenne consulaire dans la capitale italienne.

Selon M. Abouyoub, l'idée d'ouvrir un consulat général à Naples remonte à la visite d'Etat effectuée par Feu SM Hassan II à Rome en 1991. "L'évolution de la démographie marocaine en Italie a fait que l'émigration traditionnellement concentrée sur le nord s'est, petit à petit, diversifiée dans sa localisation géographique. Aujourd'hui nous avons un tiers de Marocains, soit près de 200.000 personnes, qui vivent dans le sud de l'Italie", a-t-il relevé.

"Un problème d'inégalité de chance se pose donc entre les Marocains qui vivent et travaillent dans le nord de l'Italie et ceux qui vivent au sud. Aujourd'hui, pour avoir des documents administratifs, une famille marocaine qui vit à Brindisi doit se déplacer jusqu'à Rome (477 km), ce qui n'est pas normal", a-t-il fait observer.

Dès lors, a poursuivi le diplomate marocain, la décision de l'ouverture d'un consulat général à Naples, où toutes les grandes nations possèdent des consulats, est "tout à fait naturelle".

Le transfert du consulat général de Rome à Naples interviendra avant l'ouverture d'une antenne consulaire à Rome qui permettra de continuer d'offrir des services "à la population diplomatique qui traverse la Méditerranée vers le Maroc" et "à la population marocaine qui vit dans Lazio (région de Rome) et dont le nombre est estimé à moins de 20.000 personnes".

Chiffres à l'appui, M. Abouyoub a fait remarquer que si le consulat de Rome s'occupe jusqu'à présent d'une communauté de Marocains ne dépassant guère 20.000 personnes, ceux de Milan, de Bologne, de Turin et de Vérone, à titre d'exemple, s'occupent chacun d'une population évaluée entre 80.000 et 150.000 personnes. La norme pour un consulat est un minimum de 60.000 à 70.000, a-t-il ajouté notant que ce chiffre n'est pas réuni par la région de Lazio ou se trouve le consulat général de Rome.

Il a, en outre, indiqué qu'à côté de cette opération de transfert, il est prévu également l'ouverture d'un consulat général à Brescia (nord) pour soulager celui de Milan et d'un autre consulat général à Florence qui va soulager celui de Bologne et qui va permettre aux Marocains de toute l'Umbria (centre) de trouver, à Florence, une réponse intelligente à leurs besoins en matière administrative.

Après avoir rappelé que les nouveaux locaux du consulat de Bologne seront bientôt inaugurés, le diplomate a mis en exergue le rôle que jouent "les consulats mobiles" pour répondre aux besoins administratifs des citoyens marocains établis en Italie, en permettant de mettre en pratique le principe de "rapprocher l'administration du citoyen".

Selon un rapport publié dernièrement par le Centre italien de recherche et d'études spécialisées sur l'immigration (IDOS), la communauté marocaine en Italie a connu une baisse de 1,2 pc entre 2013 et 2015. Elle s'établit à 449.058 personnes, dont 45,9 pc sont des femmes, ce qui représente 9 pc de la population étrangère vivant dans la péninsule.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *