PLF 2020 : Les premières prévisions dévoilées

PLF 2020 : Les premières prévisions dévoilées

A l’issue d’un Conseil de gouvernement consacré aux préparatifs du prochain budget

La maîtrise du déficit budgétaire a pu être opérée en dépit des mesures sociales prises en 2019, en particulier l’accord issu du dialogue social d’un coût global de plus de 14 MMDH, dont 6 MMDH pour la seule année 2019. 

Les premières prévisions du PLF 2020 commencent à tomber. En effet, le gouvernement vient de consacrer son dernier Conseil aux préparatifs du prochain budget. Dans ce sens, le ministre de l’économie et des finances, Mohamed Benchaâboun, a annoncé que la croissance économique devrait atteindre 2,9% en 2019 ajoutant que le taux de croissance des activités hors agriculture devrait s’élever à 3,3% contre 2,6% en 2018. Ce fut l’une des grandes annonces au cours d’un exposé présenté devant le Conseil de gouvernement. Au début de son exposé, M. Benchaâboun a rappelé que le PLF 2020 a été élaboré en tenant compte des directives contenues dans les derniers discours royaux à l’occasion de la Fête du Trône et de l’Anniversaire de la Révolution du Roi et du Peuple, ainsi que du Programme gouvernemental et de la note d’orientation adressée par le chef de gouvernement aux différents départements ministériels, notant que l’actuel projet de loi de Finances intervient dans un contexte international marqué par d’importants défis économiques à la lumière des tensions que connaissent plusieurs régions dans le monde ainsi que dans le sillage du ralentissement de la croissance économique en Europe. M. Benchaâboun a souligné que la croissance économique nationale est soutenue par la demande intérieure et que la maîtrise du déficit budgétaire devra se poursuivre en 2019 pour atteindre 3,5% contre 3,7% en 2018.

Plus loin encore, la même source a expliqué que la maîtrise du déficit budgétaire a pu être opérée en dépit des mesures sociales prises en 2019, en particulier l’accord issu du dialogue social d’un coût global de plus de 14 milliards de dirhams (MMDH), dont 6 MMDH pour la seule année 2019. l’argentier du Royaume a également cité  le poids des dépenses de la Caisse de compensation (18 MMDH) dans un contexte marqué par la hausse des prix du gaz butane, ainsi que le coût des programmes sociaux avec la généralisation du Programme Tayssir au niveau du monde rural, l’augmentation des bourses universitaires, le renforcement du Ramed et la poursuite des programmes d’appui aux femmes veuves et aux personnes en situation de handicap.

Le ministre a, en outre, indiqué que cette maîtrise budgétaire a pu être réalisée dans le contexte de la poursuite des programmes sociaux mis en œuvre par le Royaume et qui pèsent fortement dans le budget de l’Etat, soulignant à ce propos le lancement de la phase III de l’Initiative nationale pour le développement humain (INDH) 2019-2023 pour une enveloppe budgétaire globale de 18 MMDH. L’exposé du ministre a aussi été consacré à la mise en œuvre du programme de lutte contre les disparités spatiales et du chantier de la régionalisation avancée, relevant que les affectations budgétaires consacrées aux régions se sont élevées à plus de 3,6 MMDH.

Dans un autre registre, le déficit budgétaire a pu également être maîtrisé malgré «les efforts économiques en faveur des entreprises», particulièrement après la décision de faire de 2019 l’année du règlement de la question du remboursement des arriérés de l’Etat au titre de la TVA au profit des entreprises estimés à 40 MMDH en début 2019. L’argentier du Royaume a affirmé que tous ces indicateurs expliquent pour beaucoup la décision de l’agence de notation S&P Global Ratings de rehausser de «négative» à «stable» la «perspective» de la note de la dette à long terme du Royaume.

A noter enfin que l’exposé de Benchaâboun a été suivi d’un débat profond axé principalement sur les orientations économiques, sociales, fiscales et de développement ainsi que sur les grands chantiers de réformes mis en œuvre par le Royaume.

Dans ce sens, le ministre de l’économie et des finances a fait part de l’engagement de son département à veiller à ce que les orientations générales du PLF 2020 cadrent parfaitement avec les directives royales et les conclusions formulées lors de cette réunion du Conseil de gouvernement.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *