Réforme de la justice : La mise à niveau des professions judiciaires au centre du débat à Casablanca

Réforme de la justice : La mise à niveau des professions judiciaires au centre du débat à Casablanca

La Haute instance du dialogue national sur la réforme de la justice  poursuit les travaux de ses conférences régionales. Après la première rencontre organisée à Rabat les 11 et 12 juin, c’est au tour de Casablanca d’accueillir la deuxième conférence les 5, 6 et 7 juillet 2012. Cette rencontre, qui aura lieu à la Salle des conférences de la Fondation du Roi Abdelaziz Al Saoud des études islamiques et des sciences humaines, réunira les fonctionnaires des tribunaux des circonscriptions  judiciaires de Casablanca, Settat, Khouribga et El Jadida.
Y sera abordée la question de la mise à niveau des professions judiciaires. Selon un membre de la Haute instance, ce colloque débattra plus précisément de la situation des professionnels dans le système judiciaire marocain et des métiers de la justice, notamment celles des avocats, adouls, notaires, experts et juges. La question centrale qui sera posée est : Comment on peut améliorer leur rendement?
Selon un membre de la l’instance, ces conférences régionales ont pour but, dans une première étape, de collecter les idées à travers trois mécanismes: «Réunions et écoute des experts aussi bien nationaux qu’internationaux, puis l’étape de la collecte de données pour un diagnostic de l’état actuel de la justice, et troisièmement celle du débat de ces données avec les spécialistes et professionnels du domaine, ainsi que les institutions».
Et notre source d’ajouter que ces étapes régionales qui se dérouleront également à Oujda, Meknès, Fès, Marrakech, Dakhla et Tanger permettront de mettre en place une plateforme pour un dialogue et un débat national sur la réforme profonde et globale du système de la justice de la Haute instance.
Rappelons que les travaux de la conférence régionale de l’instance qui ont lieu à Rabat avaient réuni les tribunaux des circonscriptions judiciaires de Rabat et de Kénitra. Le thème débattu s’articulait autour du développement de l’organisation judiciaire, du rehaussement de l’efficience judiciaire et la facilitation de l’accès des citoyens à la justice et au droit. Les travaux du colloque de Rabat ont duré plus de 15 heures avec une centaine d’interventions, a indiqué à ALM un membre de ladite instance.
Par ailleurs, notons que la composition de la Haute instance du dialogue national sur la réforme de la justice qui regroupe 164 parties est censée faire figure de véritable mécanisme de dialogue. Il s’agit d’associations des magistrats, des représentations professionnelles et syndicales de l’instance des secrétaires-greffiers, des partis politiques représentés au Parlement et des associations de défense des droits de l’Homme, en plus des départements concernés par les affaires de la justice, des organisations syndicales et des représentants des secteurs de la presse et de l’édition.  
Lancée sous le Haut patronage de SM le Roi Mohammed VI, elle est fondée  sur l’approche participative selon une logique d’implication de tous les acteurs concernés dans ce processus de réforme  qui émane d’une ferme volonté d’associer, autant que faire se peut, les acteurs concernés, les professionnels, les organisations des droits de l’Homme, dans le souci de responsabiliser toutes les parties, avait souligné Mustapha Ramid ministre de la justice et de liberté, président de la Haute Instance.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *