Tunisie : Manifestations à Sidi Bouzid : Les autorités regrettent un incident isolé

Tunisie : Manifestations à Sidi Bouzid : Les autorités regrettent un incident isolé

Les autorités tunisiennes ont affirmé lundi que les heurts qui ont opposé la police à des manifestants à Sidi Bouzid ne sont qu’un «incident isolé» et dénoncé son exploitation à des fins politiques «malsaines». Ces accrochages ont eu lieu samedi entre des forces de sécurité et des habitants en colère pour avoir été empêchés de rencontrer le gouverneur (préfet) de Sidi Bouzid, après la tentative de suicide d’un jeune vendeur ambulant auquel les agents municipaux avaient saisi sa marchandise de fruits et légumes, avait annoncé la Ligue tunisienne pour la défense des droits de l’Homme (LTDH). Les forces de sécurité ont procédé à des arrestations et utilisé des lacrymogènes pour disperser la foule observant un sit-in de protestation devant de la préfecture et scandant des slogans pour réclamer le droit de travailler, en soutien au jeune commerçant. Dans une première réaction lundi soir, les autorités ont affirmé que ce vendeur ambulant «exerçait son activité commerciale dans un lieu non autorisé» et avait «refusé de se conformer aux règlements» et de changer d’endroit. «Lorsque les agents municipaux ont tenu à appliquer la loi, le vendeur s’est obstiné dans son refus et a tenté de se suicider en s’immolant par le feu», ont expliqué les autorités dans un communiqué publié par l’agence gouvernementale TAP. Mohamed Bouazizi, âgé de 26 ans, diplômé de l’université et seul soutien de sa famille, a voulu récupérer sa marchandise saisie, mais il a été «agressé» par un agent de la municipalité, selon un témoin. Désespéré et empêché de déposer une plainte à la préfecture, il a tenté de s’immoler par le feu. «Autant nous regrettons ce douloureux incident, autant nous nous indignons des tentatives de certaines parties d’instrumentaliser cet incident isolé, de le dévier de son véritable contexte et l’exploiter à des desseins politiques malsains», ont ajouté les autorités. Outre la LTDH, le Parti démocratique progressiste (PDP, opposition légale) a évoqué l’incident en saluant dans un communiqué le mouvement de protestation à Sidi Bouzid, et appelé à la libération des personnes arrêtées et au retrait des forces de sécurité qui encerclent la ville. Selon une source syndicale locale, les manifestations de protestation se sont poursuivies lundi dans plusieurs quartiers de Sidi Bouzid et d’autres se sont déclenchées spontanément dans la localité proche de Meknes, alors que Mohamed Bouazizi était transféré au centre médical des grands brûlés à Ben Arous, près de Tunis. Les médias locaux n’ont pas évoqué ces incidents, seule la télévision satellitaire Al-Jazira a diffusé dimanche et lundi des images de manifestations jetant des pierres aux forces de sécurité et d’attroupement devant la préfecture.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *