Michael Benyahia, pilote automobile : «Mon rêve est de devenir un pilote principal au sein de l’écurie Venturi»

Michael Benyahia, pilote automobile : «Mon rêve est de devenir un pilote principal au sein de l’écurie Venturi»

Recruté en septembre dernier par Venturi en tant que pilote de développement, Benyahia participera aux rookies tests lors du Marrakech E-Prix

Entre les Etats-Unis et le Maroc, Michael Benyahia a choisi de porter les couleurs de son pays d’origine, devenant ainsi le plus jeune ambassadeur du sport automobile marocain. A 17 ans ce jeune pilote accumule les titres. En effet, il compte à son actif 46 victoires en kart et 6 podiums en championnat de France en F4. En octobre dernier, il a été sacré champion d’Europe de formule Renault NEC 2017.

De passage à Casablanca, Michael Benyahia a organisé une rencontre avec la presse, en compagnie de son père et son coach Stéphane Daoudi, vendredi dernier à Casablanca. L’occasion de revenir sur son parcours, ses ambitions et sa participation au Marrakech E-Prix qui aura lieu le 13 janvier sur le Circuit international automobile Moulay El Hassan.

Revenant sur les débuts de Michael, son père Karim se rappelle avoir remarqué le talent de son fils à l’âge de 4 ans seulement, lorsqu’il l’emmenait faire du karting le week-end. Depuis, il s’est engagé à plein temps pour soutenir et accompagner Michael afin de faire de lui un champion.

Recruté en septembre dernier par Venturi en tant que pilote de développement, Benyahia participera aux rookies tests lors du Marrakech E-Prix, son enthousiasme est manifeste.

«Je suis tout à fait conscient de la chance qui m’est offerte. La Formula E est un championnat au développement exponentiel. De ce fait, les volants sont rares. C’est donc une très grande fierté de concourir à Marrakech dans mon pays d’origine, où j’ai de grands soutiens», a déclaré Michaël.

En tant que pilote de développement, la mission du jeune homme, selon ses propres explications, consiste à tester les monoplaces pour assurer une meilleure configuration et d’élaborer des stratégies. «Mon rêve est de devenir un pilote principal au sein de l’écurie Venturi», nous confie-t-il.

Véritable représentant du Maroc, Benyahia ne se lasse pas d’arborer le drapeau de son pays à n’importe quelle occasion.

Pour la petite anecdote, son père raconte que lors d’une compétition à Barcelone, lorsque Michael est arrivé en première place, les organisateurs n’avaient pas de drapeau marocain tellement l’idée qu’un Marocain monte sur le podium était exclue. Le jeune n’a accepté le prix qu’après avoir ramené le drapeau marocain qu’il porte toujours dans sa valise lors de ses déplacements.

Karim Benyahia qui finance son fils depuis des années semble être au bout du rouleau. «L’année me coûte à peu près 1 million d’euros. A part la MDJS, personne ne nous épaule». Et de poursuivre : «Nous avons frappé à plusieurs portes sans aucune réponse».

Sur ce sujet, Michael est très serein. «C’est mon père qui s’occupe de cela, moi j’épuise toute mon énergie et ma concentration pour réaliser les meilleures performances», dit-il, avant de rajouter : «Je tiens à remercier toute personne qui m’encourage et je souhaite dire à tous les jeunes comme moi, accrochez-vous à vos rêves ! Hard work pays off !».

Star montante de la nouvelle génération des pilotes automobiles, Michael Benyahia a désormais besoin de tout le soutien possible pour porter toujours plus haut le drapeau marocain.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *