Cinéma : «Des… Espoirs», un thriller psychologique de Mohamed Ismail, en salles

Cinéma : «Des… Espoirs», un thriller psychologique  de Mohamed Ismail, en salles

Le réalisateur Mohamed Ismail revient sur la scène cinématographique avec un nouveau long métrage intitulé «Des… Espoirs».

Cette œuvre sera projetée dans les salles obscures à partir de ce 28 novembre. En effet, ce thriller psychologique raconte l’histoire d’Amine dont le rôle est porté avec maestria par Omar Lotfi, un jeune architecte beau et brillant qui a évolué dans un climat de haine et de misère humaine et morale. Il ne se fie, cependant, ni à l’avenir ni aux femmes. Jusqu’au jour où il rencontre Leïla, danseuse professionnelle orientale dans un cabaret, qui le transforme radicalement, il tombe follement amoureux d’elle et rêve de la garder auprès de lui pour toujours.

Mais Leila, courageuse et farouche, doit avant tout se libérer du joug de Momo, son patron possessif et jaloux qui la violente. «Un thriller psychologique haletant et efficace d’une rare intensité où Amine se retrouve pris dans une spirale de violence qu’il devra comprendre pour mieux la combattre… Pourrait-il aller au-delà de son passé pour mieux accepter son présent ?», indique le synopsis. Concernant l’idée générale de ce film, Mohamed Ismail indique dans une note d’intention qu’il s’agit d’ «une histoire universelle et un sujet jamais encore traité dans le cinéma marocain, à savoir l’état psychologique d’un jeune cadre dynamique qui a réussi sa vie professionnelle mais qui n’a pu se détacher d’un passé confus». Et d’ajouter que son film «vise à promouvoir le rayonnement culturel et artistique du Maroc et à aborder ses questions sociales les plus préoccupantes». 

Ont participé à l’interprétation de ce long-métrage de 122 min, une pléiade d’artistes de renom, dont Farah El Fassi, Fehd Benshemsi, Ibtissam Moustatir, Mourad Ismail, Karim Saidi et Fatima Harrandi (Raouia). «Des… Espoirs» a été tourné en deux étapes en 2015. Il  avait reçu le Grand prix à la 22e édition du Festival Ciné à Fès et le prix du 2ème rôle masculin Fehd Benchemsi au Festival national du film de Tanger 2016, et le prix du public à la 22e édition du FCM de Tétouan. Connu par ses films évoquant des sujets sociaux, Mohamed Ismail compte à son actif plusieurs films à l’instar de «Aouchtam» (1996), «Et après…» (2000), «Ici et là» (2004) «Adieux mères» (2007) et «Awlad lablad» (2009).

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *