Brahim El Mazned : «Timitar apporte une dynamique extraordinaire à la ville d’Agadir et lui donne une superbe visibilité»

Brahim El Mazned : «Timitar apporte une dynamique extraordinaire à la ville d’Agadir et lui donne une superbe visibilité»

Entretien avec Brahim El Mazned, directeur artistique du Festival Timitar

ALM : Quelles sont les particularités de cette 16ème éditons ?

Brahim El Mazned : Le Festival Timitar essaye à chaque fois de donner une grande place à l’expression amazighe et à la richesse musicale de la région du Souss-Massa, mais c’est en même temps un espace où il y a beaucoup de découvertes. Cette année on a mis un focus sur l’une des très belles traditions qui fait partie du patrimoine immatériel de notre pays qui est la musique des Rwayss, en invitant de grands noms que le public attend beaucoup comme Aarabat Atigui, Siad Outajajt, Fatima Tachtoukate, Lhoucine Taouss, et aussi des artistes qui n’ont pas suffisamment d’échos et qui ont beaucoup de succès mais ne sont malheureusement pas dans les radars.

On a voulu rendre hommage à ces figures et leur donner une grande place dans ce festival. On a une douzaine d’artistes Rwayss qui seront présents, sans oublier la scène musique actuelle du Souss avec de nouvelles figures comme Ribab Fusion, Hicham Massin. Et bien évidemment une grande place à la scène marocaine avec Hatim Ammor, Zakaria Ghafouli, Fnair, Najat Aatabou, et d’autres. La scène internationale est également très présente dans ce festival, notamment avec The Original Wailers, Tinariwen, Ismael Lo, des artistes venus de Colombie, d’Italie et de toute l’Europe, et également la scène électronique qui est très riche.

Quel est l’apport de ce festival pour l’artiste amazigh ?

Premièrement, c’est un festival très attendu par les artistes de la région, c’est le moment phare de l’année attendu par le public et les artistes pour se produire et gagner sa vie, parce que quand même le festival est une opportunité intéressante. Deuxièmement c’est une occasion de se produire aux côtés d’artistes internationaux. Troisièmement préparer de nouveaux projets et de nouvelles productions. Quand un artiste sait qui il va participer à Timitar, il s’y prépare différemment plusieurs semaines avant pour présenter un projet à la hauteur des attentes. Donc c’est quand même le rendez-vous annuel à ne pas manquer pour la scène musicale amazighe.

L’Association Timitar a tenu mardi son conseil d’administration. Quel bilan dressez-vous de ces 15 éditions passées ?

D’abord, il y a une grande satisfaction, au moment où certains festivals ont été fragilisés, Timitar fait partie des quatre grands rendez-vous annuels à ne pas manquer sur la scène musicale marocaine. Il apporte une dynamique extraordinaire à cette ville, il lui donne une superbe visibilité, et c’est un festival qui est inscrit dans l’agenda des grandes manifestations internationales, et c’est un des grands moments populaires à l’échelle africaine. Personnellement je remercie les membres du conseil d’administration à leur tête Monsieur Aziz Akhannouch, qui est l’initiateur de ce magnifique festival quand il était président de la région du Souss-Massa et qui continue encore à le porter dans son cœur, le défend partout et s’y investit personnellement.

Quelle affluence attendue pour cette 16ème édition ?

Je pense que le festival s’est inscrit dans cette première semaine du mois de juillet depuis plusieurs années à l’exception du mois de Ramadan. Donc aujourd’hui c’est un moment très attendu, il y a beaucoup de monde dans la ville. Je pense que c’est une belle façon pour célébrer l’été et la fin d’une année scolaire intense pour les jeunes, et c’est un rendez-vous extraordinaire pour la communauté marocaine résidant à l’étranger qui revient au pays lors de cette période de l’année. Je pense qu’on aura autant de monde que les années précédentes.

Comment se fait le choix des artistes participants ?

Une programmation et une sélection d’artistes sont quelque chose de très complexe. Il y a un énorme travail à faire en donnant une place à des figures qui sont connues, des gens moins connus, des artistes attendus, des surprises, la musique traditionnelle, et la musique moderne. Nous recevons chaque année entre 400 et 500 candidatures, mais nous faisons le nécessaire pour être à la hauteur des attentes. Jusqu’à présent on n’a jamais été déçus et j’espère qu’on sera toujours à la hauteur des attentes.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *