Morgane Ji : «Je suis inspirée par la cause féminine»

Morgane Ji : «Je suis inspirée par la cause féminine»

Entretien avec Morgane Ji, chanteuse de jazz

ALM : Qu’est-ce qui distingue votre participation à cette vingtième édition de celle de 2017 ?

Morgane Ji : Je suis très contente d’être à Tanger pour participer pour la deuxième fois à ce festival. J’étais l’une des nouvelles voix et têtes d’affiche de TANJAzz 2017. Pour cette vingtième édition, je chante et joue au banjo dont je me sers pour la première fois dans mon nouvel album «Woman soldier» (Femme soldat). Je suis accompagnée de trois formidables musiciens : Olivier Carole à la basse, Mogan Cornebert à la batterie et E.r.k à la guitare. J’interprète pour le public des titres de mon nouvel album dédié aux combats des femmes.

Quel est l’impact de TANJAzz sur votre carrière de jeune chanteuse de jazz ?

Ce festival est un événement très important pour nous. C’est ici à Tanger que tout a commencé il y a deux ans, car nous avons bénéficié d’un coup de pouce et d’une grosse promotion grâce à TANJAzz 2017.

J’ai eu l’honneur de jouer aussi à Casablanca. Le Maroc est une destination très importante pour nous. Le public marocain est très réactif et chaleureux. Nous ressentons chaque fois sur scène une ambiance explosive et une énergie communicative avec les gens.

Comment avez-vous développé votre parcours d’artiste ?

Je suis une artiste autodidacte et multi-facettes. Je suis chanteuse mais également vidéaste, peintre et  photographe. L’art a toujours été présent dans ma vie. Je ressentais un grand besoin de créer. Je chantais tout le temps. J’aimais faire de la peinture. Je me suis adonnée rapidement à la photographie et à la vidéo. Je me sers du papier ou des bandes d’enregistrement pour dire les choses ou de la photographie et la vidéo pour passer un message. Je suis inspirée par la cause féminine et par tous les combats des femmes pour leur liberté dans la société en général, l’égalité des salaires,…

Quelles sont vos actions d’artiste engagée féministe ?

Je viens de participer à un gala au Luxembourg pour sensibiliser aux violences sexuelles faites aux femmes en zones de guerre. J’étais accompagnée d’une centaine de musiciens avec comme chef d’orchestre Gast Waltzing. J’ai chanté deux chansons de mon répertoire «Woman soldier» et «Time bomb» (Bombe à retardement), ayant tous deux un rapport avec le thème de ce gala. C’est un grand événement qui a connu la présence des prix Nobel et des femmes victimes de violences sexuelles en zones sensibles qui ont témoigné de leur situation.

Avez-vous un projet d’album ou de tournées ?

Nous venons d’effectuer des tournées dans la République tchèque, la Pologne, le Portugal, l’Italie, l’Allemagne et la Colombie. Nous prévoyons d’autres au Mexique le mois d’octobre. Mon prochain enregistrement sera un album live. C’est une version des tires de «Woman soldier», mais jouée en concert.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *