septembre 25, 2018

 

«Parcours artistique Tanger» : Pour revisiter le patrimoine architectural

«Parcours artistique Tanger» : Pour revisiter le patrimoine architectural

Encourager le public à renouer avec le passé architectural et historique de la ville du détroit. C’est l’un des objectifs du Parcours artistique Tanger 2018, dont les travaux auront lieu le 16 septembre sous le même slogan que les deux éditions précédentes «Etre Ici». Cet événement biennal prévoit de créer encore cette année une ambiance aussi festive que conviviale, auquel participeront quelque 48 artistes marocains, français, espagnols et belges. Fidèle à l’ambition de ses initiateurs, Etre Ici propose à un large public une rencontre inédite entre des artistes venus d’ici et d’ailleurs et des lieux emblématiques de Tanger, selon l’équipe organisatrice de cette troisième édition.

Initiée par l’association Ssilate, cette manifestation sera encore cette année placée sous le signe de la rencontre et de l’invitation au dialogue entre un artiste, un public et un lieu. Et à l’instar des deux précédentes éditions, Etre Ici 2018 prévoit d’ouvrir, selon la même source, de nouvelles portes en réinvestissant des lieux identitaires, singuliers, insolites et parfois insoupçonnés du patrimoine tangérois pour des rencontres artistiques. Ce qui permet d’en faire «un événement de sensibilisation et de valorisation sur la valeur du patrimoine de la ville et l’urgence de le préserver au moment où la ville embrasse avec frénésie la modernité», souligne-t-on.

Les 48 artistes participants seront invités à se produire chacun selon sa discipline artistique, et ce dans les six lieux emblématiques choisis pour cette troisième édition, notamment la résidence d’Emily Keene et du Grand Chérif d’Ouazzane Sidi Haj Abdeslam, la maison Jnan Kaptan, la prison du Mechouar, la Tour du Ciel, la Cinémathèque de Tanger et le Borj Dar Baroud. «Les artistes font revivre les lieux, s’en accaparent, leur donnant une nouvelle lecture entre passé, présent et futur, nouveaux terrains d’inspiration et d’action pour une scène éclectique», souligne-t-on.
Les organisateurs ambitionnent cette année d’accueillir un public encore plus large que les deux années précédentes. Surtout que les travaux d’Etre Ici 2014 et 2016 ont connu «un public de plus en plus nombreux: une fréquentation qui a progressé d’environ 50%, 2.000 personnes en 2014, 3.000 en 2016», rapporte-t-on, faisant remarquer que plus de 70 artistes se sont déjà produits dans quelque 12 lieux mythiques ouverts gratuitement au public au cours des deux précédentes éditions.

Constituée en grande partie d’artistes et de professionnels en communication, l’association Ssilate s’est donné pour mission de concevoir et réaliser des événements de sensibilisation qui créent des ponts, favorisent les rencontres et les échanges entre les publics et le monde culturel, artistique/créatif, patrimonial, social, et environnemental du Maroc.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *