Un 1er catalogue bilingue pour la 4ème Biennale internationale de Casablanca

Un 1er catalogue bilingue pour la 4ème Biennale internationale de Casablanca

La Biennale propose d’explorer des récits et vécus issus de contextes insulaires ainsi que le rapport aux affluents, mers et océans, dans une dimension à la fois historique et contemporaine…

La 4ème Biennale internationale de Casablanca se tiendra cette année du 27 octobre au 2 décembre. Elle sera marquée par la participation d’une panoplie d’artistes dont la liste complète vient d’être dévoilée par la fondation Maroc Premium, initiatrice de l’événement.

Un thème autour de la mer

Cette manifestation, qui sera organisée sous le thème «Récits des bords de l’eau», a, selon les organisateurs, plusieurs objectifs. «La Biennale propose d’explorer des récits et vécus issus de contextes insulaires ainsi que le rapport aux affluents, mers et océans, dans une dimension à la fois historique et contemporaine, incluant les expériences de déplacement, voyage, migration et hybridité culturelle», précise la fondation. Cette structure indique également que ce thème, inspiré de la résidence de la biennale, Ifitry, située sur la côte marocaine dans la région d’Essaouira, versant sur l’océan Atlantique, est aussi ancré dans certaines des caractéristiques liées au territoire marocain, au carrefour de la terre, de l’océan et de la mer. «Il fait également écho à un grand nombre de questions sociétales contemporaines envers lesquelles les artistes réagissent sous diverses formes créatives», soulignent les initiateurs à propos du thème.

Les artistes participants

Cela étant, l’édition 2018, placée sous la direction artistique de Christine Eyene, comprendra, selon la même source, des expositions d’œuvres d’art existantes et nouvellement créées. Elle comprendra également des projets de recherche plus étendus, notamment avec les artistes Delaine Le Bas (Royaume-Uni), Yvon Ngassam (Cameroun), Yohann Queland de Saint-Pern (France – Île de la Réunion) et Youssef Tabti (France / Allemagne).

Quant aux artistes participants, ils sont, en détail, Ibrahim Ahmed (Koweït/Égypte), Yoriyas Yassine Alaoui (Maroc), Héla Ammar (Tunisie), Gilles Aubry (Suisse/Allemagne), Bianca Baldi (Afrique du Sud/ Belgique), Raphaël Barontini (France), Shiraz Bayjoo (Île Maurice/Royaume-Uni), Cristiano Berti (Italie), Sutapa Biswas (Royaume-Uni), Rémy Bosquère (France), Abdessamad El Montassir (Maroc/ France), Raphaël Faon et Andres Salgado (France/ Colombie), Thierry Geoffroy (France/Danemark), Mehdi-Georges Lahlou (France/ Maroc), Mohammed Laouli & Katrin Stroebel (Maroc/ Allemagne), Mehryl Levisse (France), Fatima Mazmouz (Maroc/ France), Emo de Medeiros (Bénin/France), MELD & Alexander Schellow (États-Unis/Allemagne), Gideon Mendel (Afrique du Sud/Royaume-Uni), Amine Oulmakki (Maroc), Anna Raimondo (Italie / Belgique), Saïd Raïs (Maroc), Ben Saint-Maxent (France), Magda Stawarska-Beavan & Joshua Horsley (Pologne/Royaume-Uni), Oussama Tabti (Algérie/France), Filip Van Dingenen (Belgique), ainsi que Mo Baala (Maroc) et Haythem Zakaria (Tunisie/France) présentés en collaboration avec Limiditi – Temporary Art Projects.       

Outre la participation de ces artistes, deux expositions seront individuellement commissariées par Yasmina Naji, fondatrice de Kulte Galerie et Éditions (Rabat) et Ema Tavola avec les artistes Margaret Aull (Fiji/Nouvelle-Zélande), Leilani Kake (Îles Cook/Nouvelle-Zélande), Julia Mage’au Gray (Australie/Nouvelle-Zélande/ Papouasie-Nouvelle-Guinée), Kolokesa Māhina-Tuai (Nouvelle-Zélande/Tonga) et Vaimaila Urale (Nouvelle-Zélande/ Samoa). «L’exposition d’Ema Tavola est généreusement soutenue par Creative New Zealand», enchaînent les initiateurs.

Des activités en marge de l’événement

Et ce n’est pas tout. Une collaboration est également en cours de développement avec le Centre culturel Les Étoiles de Sidi Moumen, l’école supérieure des beaux-arts de Casablanca, Instituto Cervantès, l’Église San Buenaventura et d’autres. Aussi, cet événement connaîtra un certain nombre d’interventions en espace public.  Mieux encore, la Biennale s’accompagnera, selon la même source, «pour la première fois d’un catalogue bilingue anglais-français». De plus, l’événement sera jalonné de journées professionnelles qui se dérouleront du 26 au 29 octobre avec des performances, présentations d’artistes et tables rondes organisées en collaboration avec l’École supérieure des beaux-arts de Casablanca, le Musée Abderrahman Slaoui et l’Institut français de Casablanca. Pour rappel, la 4ème Biennale internationale de Casablanca est soutenue par la Résidence Ifitry, le Centre d’art contemporain d’Essaouira, Making Histories Visible/University of Central Lancashire, Creative New Zealand, l’Institut français de Casablanca, Instituto Cervantès et la Fondation ONA.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *