Collectivités locales : Un excédent de 4 milliards de dirhams à fin mai

Collectivités locales : Un excédent de  4 milliards de dirhams à fin mai

Un surplus de 27,2 milliards de dirhams cumulé des exercices antérieurs

35 milliards de dirhams, tels sont les fonds disponibles des collectivités territoriales à fin mai. Ce montant, auquel les communes interviennent à hauteur de 62,2%, est constitué de 27,2 milliards de dirhams des excédents des exercices antérieurs. La répartition de ces fonds fait également ressortir une part de 20,9% pour les régions et 16,9% pour les préfectures et provinces.  C’est ce que l’on peut déduire du bulletin mensuel des statistiques des finances locales du mois de mai relevé par la Trésorerie générale du Royaume. Les collectivités locales ressortent toujours excédentaires. Au cinquième mois de l’année, un excédent de 4 milliards de dirhams a été dégagé contre un surplus de 3,5 milliards de dirhams observé à la même période de l’année précédente.

«L’excédent dégagé par les budgets des collectivités territoriales à fin mai 2018, auquel s’ajoutent les recettes d’emprunt de 333 millions de dirhams, a permis le remboursement du principal de la dette pour 729 millions de dirhams et la reconstitution des fonds disponibles pour 3,6 milliards de dirhams», relève-t-on de la publication de la Trésorerie générale du Royaume.  Il est utile de souligner qu’au mois de mai, les collectivités locales ont généré des recettes en légère amélioration par rapport à la même période de l’année précédente. Les ressources ont atteint dans ce sens les 14,6 milliards de dirhams, en hausse de 0,5%. Cette timide évolution est expliquée par l’amélioration de 8,8% des recettes transférées (9,84 milliards de dirhams). La part de ces recettes dans la structure globale des ressources des collectivités territoriales s’est consolidée au mois de mai. Elle est passée en une année de 62,1 à 67,2% à fin mai. Les recettes générées par les collectivités territoriales estimées à 3,01 milliards de dirhams ont connu une stagnation aussi bien en ventilation annuelle (0,5%) qu’en termes des parts (20,6%). En revanche les recettes gérées par l’Etat ont connu une nette régression durant le mois de mai.

Elles ont ainsi fléchi de 29% pour atteindre les 1,78 milliard de dirhams contre 2,52 milliards de dirhams une année plus tôt.  Notons que 6 régions concentrent à elles seules 72,1% des recettes. Il s’agit de Casablanca-Settat représentant 17,2% des recettes globales, soit une participation de 2,5 milliards de dirhams. Rabat-Salé-Kénitra intervient à hauteur de 13,4% au moment où les recettes de la région de Dakhla-Oued Eddahab représentent 1,5%. En ce qui concerne les dépenses, la Trésorerie générale du Royaume relève dans ce sens une baisse de 2,1% comparé à la même période de l’année précédente. Les collectivités locales ont ainsi déboursé 11,5 milliards de dirhams répartis entre dépenses ordinaires, dépenses d’investissement et remboursements du principal de la dette.

Représentant 71% de la structure globale des dépenses, les dépenses ordinaires se sont élevées au cinquième mois de l’année à 8,2 milliards de dirhams. Elles se sont inscrites en amélioration, soit une hausse de 1,1%. Cette progression résulte de 0,3% des dépenses du personnel estimées à 4,65 milliards de dirhams. Les dépenses des autres biens et services ont pour leur part grimpé de 1,7% pour atteindre les 2,88 milliards de dirhams. Les intérêts de la dette ont progressé de 3,8% se situant à fin mai autour de 656 millions de dirhams contre 632 millions de dirhams l’année passée. Les dépenses d’investissement se sont chiffrées à 2,6 milliards de dirhams, en régression de 13,7% par rapport à l’année précédente. Ce repli résulte de la baisse des émissions du titre, des programmes nationaux qui ont basculé en une année de 1,40 milliard de dirhams à 888 millions de dirhams. Les dépenses des travaux neufs et grosses réparations ont également fléchi se situant autour de 633 millions de dirhams contre 703 millions de dirhams la même période de l’année passée. En parallèle, les émissions au titre des projets intégrés se sont appréciées atteignant les 607 millions de dirhams contre 465 millions de dirhams à mai 2017.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *