Cycle de conférences «Échanger pour mieux comprendre» : Le potentiel d’El Jadida mis en avant par la Fondation Attijariwafa bank

Cycle de conférences «Échanger pour mieux comprendre» : Le potentiel d’El Jadida mis en avant par la Fondation Attijariwafa bank

Dynamique industrielle, nouveau pôle urbain, projets structurants… la ville d’El Jadida offre des gisements de croissance.

En effet, la cité portugaise est «le deuxième pôle industriel du Maroc. Elle contribue à hauteur de 10% à la production industrielle nationale et de 22% aux exportations globales», a rappelé Omar Bounjou, DG du Groupe Attijariwafa bank, lors de la conférence sur «les nouvelles opportunités économiques d’El Jadida» qui s’est déroulée le 29 novembre 2018 à El Jadida dans le cadre de la 43ème édition du cycle de conférences «Échanger pour mieux comprendre» organisée par la Fondation Attijariwafa bank.

«Ce dynamisme est certes porté par l’écosystème créé par le Groupe OCP au sein de la zone industrielle de Jorf Lasfar, et par la présence de grands groupes marocains et étrangers tels que Taqa Morocco, Sonasid, Cosumar, Winxo, Fertima, Centrale Danone, Siemens et Derichbourg. A côté de ces poids lourds de l’industrie nationale, de nouvelles activités commencent à émerger comme l’équipement automobile, les plates-formes de centres d’appels, et les NTI développées par des start-up», ajoute le DG d’Attijariwafa bank.

Pour sa part, Abdellah Chater, directeur du CRI de Casablanca-Settat, s’est arrêté sur les caractéristiques de la province d’El Jadida et son positionnement dans la région de Casablanca-Settat. Il a fait part de l’offre d’activité de la zone industrielle dont elle dispose qui totalise 500 hectares (la plus grande au Maroc) expliquant que ces deux tranches sont déjà en commercialisation et que la troisième tranche est en cours d’études. En termes de chiffres, Abdellah Chater a dévoilé qu’en 2016-2017, les projets d’investissements destinés à la province et qui ont transité par le CRI totalisent 44 milliards de dirhams avec à la clé 6.000 emplois. Parmi les grands projets qui renforceront l’attractivité de la région, le nouveau pôle urbain Mazagan se présente comme étant une cité moderne qui relira El Jdida à Azemmour.

A cet égard, Karim Laghmich, directeur général de la Société d’aménagement et de développement de Mazagan (SAEDM), a fait part de l’état d’avancement de ce projet dévoilant qu’il est en phase de livraison pour la première tranche de 200 ha vers le mois de janvier 2019. Le premier panel de cette conférence a également été enrichi avec l’éclairage apporté par Mohamed Daoud, vice-doyen de la Faculté des lettres d’El Jadida, qui est revenu sur le patrimoine culturel et historique de la région et l’intervention de Abdelhak Eddoubi, facilitateur pour l’initiative Act4community à OCP Jorf Lasfar. Enfin, cette rencontre a été marquée par le témoignage de deux jeunes créateurs de start-up qui ont été accompagnés par le Réseau Entreprendre section El Jadida.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *