Export d’agrumes : La clémentine marocaine cartonne sur le marché canadien

Export d’agrumes : La clémentine marocaine cartonne sur le marché canadien

Bonne nouvelle pour les exportateurs. La clémentine marocaine connait un véritable engouement depuis son arrivée sur le marché canadien, il y a près de quatre semaines.

La commercialisation du produit se maintient à 5,99 dollars le colis de 2,3 kg. La délégation marocaine, composée de représentants de l’Etablissement autonome de contrôle et de coordination (EACCE) et de l’Association des producteurs d’agrumes du Maroc (Aspam), qui a fait le déplacement la semaine dernière pour une visite des surfaces de distribution, l’a constaté de visu.

Dans tous les supermarchés, le produit est exposé à l’entrée et les importateurs se disent satisfaits de la qualité du fruit en ce début de campagne. Les Canadiens en raffolent et les acteurs de la filière de distribution le savent bien. L’origine Maroc est la plus consommée dans sa catégorie sur le marché. Mais avec l’approche des fêtes de fin d’année, les grandes enseignes ne tarderont pas à se livrer à une guerre des prix pour attirer encore plus de consommateurs. Eu égard au grand intérêt porté par tous à la clémentine marocaine, les commerçants font de l’origine Maroc un produit d’appel. Cette approche marketing nuit cependant à la rentabilité de l’activité de l’exportateur, comme à celle du producteur et mine la profession. Mais pas seulement, puisqu’elle impacte également toute la chaîne d’importation et de distribution, souligne un importateur.   

De l’avis d’un exportateur, les retombées de cette situation sont notamment la chute du retour net producteur. Il est estimé à 0,50 dollar canadien le kg exporté actuellement, alors qu’il était de 0,75 dollar canadien le kg exporté, il y a 4 ou 5 ans. «Eu égard à la valeur actuelle du dollar canadien, déprécié de 8 DHS à 7,30 DHS, le producteur ne devrait recevoir cette année que 0,40 dollar canadien le kg exporté», précise le professionnel.   

Mais difficile de freiner la guerre des prix à  laquelle  se livrent chaque année les grosses enseignes canadiennes, qui occupent plus de 85% du commerce de détail. Dans un environnement concurrentiel et compétitif, le marché canadien est de plus une place qui se sature très vite. C’est de fait un marché grand en superficie mais petit en nombre de consommateurs qu’il faut encore partager avec le reste du monde, dans un contexte de concurrence féroce. De plus, les autres pays producteurs tels que les USA et l’Espagne tendent à offrir de nouvelles variétés précoces.

Ce qui perturbe aussi la commercialisation de l’origine Maroc à chaque campagne d’exportation c’est aussi l’atomisation de l’offre sur le marché. «Il n’y a pas de barrières à l’entrée du produit, n’importe qui peut s’improviser importateur», déplore un représentant d’une grosse entreprise du marché canadien. Cette situation a tendance à tirer vers le bas la commercialisation du produit Maroc. Sur le marché de détail canadien, il n’est pas rare de voir les prix de l’origine Ibérique bien plus élevés que ceux du produit Maroc alors que de l’avis de consommateurs, l’origine marocaine est de meilleure qualité gustative et bien plus prisée par les ménages canadiens.

Ainsi, si la tendance est à la hausse au niveau de la demande avec des volumes d’agrumes exportés en évolution vers ce marché, au niveau de recettes, il est important de réfléchir comment mieux faire.

Face aux surfaces de distribution mastodontes qui occupent le marché (Métro, Loblaws, Sobeys, Costco, Walmart), il est plus que grand temps pour aller de l’avant, de revoir la stratégie commerciale. Peut-être que la solution serait la mise en place d’une plate-forme de commercialisation sur le marché canadien à travers laquelle les exportateurs accorderaient leurs violons et parleraient d’une même voix face à leurs acheteurs. Il y a en tout cas encore des parts de marché à prendre.

A noter que lors de la campagne 2016-2017, le volume expédié vers ce marché a atteint 70.300 tonnes. Dans ses données, Statistique Canada communique des volumes importés du Maroc de 58.594 tonnes lors de la campagne 2014-2015 et 59.290 tonnes en 2015-2016, d’une valeur respectivement de 90,48 millions de dollars américains et 92,85 millions de dollars américains.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *