Villes nouvelles : Tamesna, une ville intégrée et durable

Villes nouvelles : Tamesna, une ville intégrée et durable

Deuxième ville à voir le jour dans le cadre du programme villes nouvelles, Tamesna s’érige aujourd’hui comme un fleuron urbain moderne.

Ce pôle ne cesse de voir son attractivité se renforcer offrant ainsi aux 50.000 personnes qui y résident un cadre paisible. Tamesna se développe à grands pas. Une dynamique qui conforte les ambitions de son aménageur Al Omrane à la repositionner à un haut niveau. Pas plus tard que mars dernier, et en célébration du 12ème anniversaire de la ville, Al Omrane et la tutelle ont pu mesurer de près l’état d’avancement des projets engagés.

Un chantier socioéconomique et culturel est ouvert au niveau de la ville en vue de renforcer son attractivité et promouvoir la qualité de vie en son sein. Tamesna ayant fait l’objet d’un plan de relance de plus d’un demi-milliard de dirhams confirme son positionnement au niveau national en tant que ville intégrée et durable. L’approche participative déployée a porté ses fruits. La ville compte aujourd’hui 23.000 logements et 4.040 unités de relogements. Elle bénéficie par ailleurs de toutes les infrastructures de base. Elle dispose d’une station indépendante d’épuration des eaux usées, et d’un réseau de routes qui la relie à Rabat et  aux routes nationales et autoroutes.

Tamesna abrite par ailleurs une quarantaine d’administration publiques qui répondent aux besoins des citoyens en sécurité, santé, sport et culture. On y trouve également un centre de formation professionnelle, un centre de l’Office national de l’électricité et de l’eau potable, un centre de Gendarmerie Royale et un centre de Protection civile. Sur le plan religieux et éducatif, la ville compte 5 mosquées, une maison de culture, une maison de jeunesse et 22 établissements scolaires dont 4 privés.

Les infrastructures sportives sont également disponibles sur le territoire de Tamesna. On note cinq installations sportives dont deux centres sportifs avec cinq terrains de proximité, une piscine, un terrain de pétanque et une salle d’arts martiaux. Sur le plan sanitaire, trois centres de santé sont construits au niveau de Tamesna. Le volet économique n’est pas en reste. Une zone industrielle est implantée au niveau de la ville, en plus d’un marché couvert, d’un centre d’activités artisanales, de 136 magasins et un espace de loisirs. Au-delà d’être une ville intégrée, Tamesna est avant tout une ville durable. 100 hectares sont alloués aux espaces verts dont la moitié est d’ores et déjà aménagée.

Tamesna dispose en effet d’un jardin central de 13 hectares ainsi qu’une forêt urbaine et un nouveau parc vert en cours de construction.Notons que le concept des villes nouvelles est venu répondre aux problématiques cruciales de l’habitat. Le but étant de réduire la pression démographique opérée sur les grandes cités marocaines. Les nouvelles cités œuvrent à prévenir et résorber toutes formes d’habitat insalubre. Elles apportent par ailleurs une réponse appropriée aux attentes des différentes couches sociales. Au Maroc, les villes nouvelles sont développées par trois grandes entités, à savoir la CDG, OCP et Al Omrane. Le groupe Al Omrane, dans le cadre de sa mission d’aménageur urbain, développe en effet 4 nouvelles villes et plus d’une cinquantaine de pôles urbains.

Les villes nouvelles d’Al Omrane en bref

Outre Tamesna, Al Omrane développe trois autres nouvelles villes répartiessur de grands axes du Royaume. Il s’agit de :

Tamansourt

Cette nouvelle ville offre une alternative au développement du Grand Marrakech. Elle abrite à ce jour 60.000 habitants. Outre son futur pôle universitaire, cette cité déploie des zones d’activité économiques et d’artisanat. Elle soutient également de nouveaux créneaux comme l’offshoring.

Lakhayata

Abritant plus de 6.000 habitants, ce pôle accompagne le développement économique de Casablanca en offrant de nouvelles structures d’accueil ainsi que des opportunités pour la mise en valeur de l’arrière-pays.

Chrafate

Elle est associée au développement industriel de la région autour du Port Tanger-Med, notamment son parc industriel de 350 hectares dédié au secteur automobile avec 30.000 emplois directs et indirects attendus.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *