L’AFD et la BEI étudient une ligne de crédit pour BMCE Bank Of Africa

L’AFD et la BEI étudient une ligne de crédit pour BMCE Bank Of Africa

Cette ligne de crédit rétrocèdera les fonds aux industriels et aux opérateurs d’eau potable et assainissement en vue de financer des projets de protection de la ressource en eau et d’adaptation au changement climatique

Protéger la ressource en eau et l’adaptation au changement climatique du Maroc, c’est l’engagement formulé par BMCE Bank Of Africa, l’Agence française de développement (AFD) et la Banque européenne d’investissement (BEI). Les trois parties ont signé, mardi 15 novembre à la COP22, un protocole d’entente en vue d’attirer les investissements privés pour l’adaptation au changement climatique au Maroc.

«Nous sommes honorés  de réitérer, à travers ce nouveau partenariat, l’engagement de la BMCE en faveur de l’adaptation au changement climatique», souligne à cet effet Brahim Benjelloun-Touimi, administrateur directeur exécutif du Groupe. Et d’ajouter que «dans le contexte du stress hydrique que connaît le continent africain, et suite aux échanges entre les différents pays autour de la thématique de l’eau, lors de la COP22, le soutien financier s’impose».  De par ce protocole d’accord, l’AFD et la BEI réitèrent leur confiance en la BMCE Bank Of Africa. L’AFD et la BEI sont déjà partenaires de BMCE Bank Of Africa à travers l’expérience réussie du programme «Morseff» (Morocco Sustainable Energy Financing Facility) destiné à encourager les investissements dans l’énergie durable par l’intermédiaire d’institutions financières.

Pour cette nouvelle collaboration, l’AFD et la BEI étudient la mise en place d’une ligne de crédit en faveur de BMCE Bank Of Africa. Cette ligne de crédit, une première au Maroc et Afrique, rétrocèdera les fonds aux industriels et aux opérateurs d’eau potable et assainissement en vue de financer des projets de protection de la ressource en eau et d’adaptation au changement climatique, en l’occurrence la dépollution hydrique, la réutilisation des eaux usées traitées et la réduction des fuites. BMCE Bank Of Africa compte sensibiliser ses clients aux technologies contribuant à la protection de la ressource en eau. «L’intégration des préoccupations sociales dans nos financements contribuera ainsi à faire de la finance durable une finance à impact positif. Le moment est opportun d’accompagner les entreprises marocaines dans leur mise en conformité avec la réglementation en termes de prétraitement des eaux tout en améliorant leur rentabilité à travers la réutilisation des eaux usées. Nous sommes également fiers pour accompagner le Royaume dans le renforcement des réseaux d’eau et d’assainissement», apprend-on de Brahim Benjelloun-Touimi. Pour l’AFD, ladite ligne de crédit  contribuera à accélérer les investissements privés dans la dépollution hydrique industrielle. «Nous sommes donc très heureux d’étendre désormais notre soutien au traitement des eaux industrielles et de renforcer à travers cette initiative innovante notre coopération avec BMCE Bank Of Africa que le Groupe AFD accompagne déjà dans sa démarche de finance durable», a déclaré Rémy Rioux, directeur général de l’AFD. En outre, Marion Hoenicke, chef de division à la Banque européenne d’investissement, a indiqué que son département  contribue à 1.300 projets d’eau et d’assainissement dans le monde, soit un financement de l’ordre de 60 milliards d’euros. La BEI place, ainsi, la sécurité hydrique au centre de ses priorités. Rappelons que le Maroc mène depuis plus de deux décennies une politique incitative notamment en faveur des investissements de dépollution industrielle, du recyclage et de la réutilisation de l’eau. L’engagement du Maroc en termes d’eau et d’assainissement a été confirmé dans sa contribution nationale prévue, déterminée et présentée lors de la COP21. A cet effet, 11 des 14 objectifs d’accroissement de la résilience du pays aux changements climatiques concernent l’eau et l’assainissement. Ils  incluent, entre autres,  la collecte, l’épuration et la réutilisation des eaux usées, l’économie d’eau en irrigation ainsi que la préservation des eaux souterraines.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *