Marquage fiscal : Flou autour de l’attribution du marché

Marquage fiscal :  Flou autour  de l’attribution du marché

Rarement un marché public aura suscité autant de suspense et de questions. Le marché du marquage fiscal lancé par les services de douanes n’a pas encore abouti. Depuis, le dossier tient en haleine tout le microcosme économique. Plus encore, l’annonce de «l’heureux» gagnant a été repousée sine die sans fixer une date précise. L’annonce pour le 22 août dernier n’a pas eu lieu ce qui n’a pas manqué de soulever des questions. Des sources proches du dossier affirment que le report est normal pour apporfondir l’examen de l’offre proposée par les soumissionnaires. D’autres sources parlent d’un retard dû aux vacances d’été. Mais il faut dire que le marché du marquage fiscal suscite les convoitises car jugé très juteux. Parmi les soumissionnaires, deux sortaient déjà du lot, à savoir le suisse Sicpa et le britannique DeLarue. Sicpa est déjà très connu sur le marché pour avoir été le premier prestataire étranger à remporter le marché public du marquage fiscal. Durant pratiquement une décennie, l’entreprise suisse a donc assuré les prestations sur le marché local.

Donné favori pour un bref moment pour rempiler, Sicpa savait cependant qu’il repartait en course avec une faiblesse de taille. L’entreprise est souvent attaquée pour les tarifs appliqués en comparaison avec d’autres pays même si le management répétait à qui voulait l’entendre que les tarifs sont fixés en coordination avec les autorités et que la fixation des prix répondait à plusieurs contraintes. Sicpa, dont le contrat prendra fin en 2019, se déclare prêt à renouveler sa collaboration avec l’ADII en déployant une solution qui répond aux nouveaux enjeux avec un bon rapport coût-efficacité. L’opérateur s’était par ailleurs attaché les services d’un ancien ministre français, à savoir Eric Besson. Ministre sous le mandat de Nicholas Sarkozy, il a grandi au Maroc dans la ville de Mohammédia. Pour muscler son offre, l’opérateur suisse entend faire du Maroc un hub dans toute l’Afrique de l’Ouest. Cela dit, d’autres conncurrents se sont invités dans la course. Parmi eux, un acteur britannique jusqu’ici peu connu sur le marché national. DeLarue est donc venu jouer aux trouble-fêtes avec à la clé une offre jugée par les observateurs «considérable».

Il promet notamment de pratiquer une politique tarifaire adaptée et travailler pour le transfert de la technologie sur le marché local. Mais à l’instar de Sicpa, DeLarue a également eu droit à des critiques dans la presse notamment sur sa politique tarifaire. Qu’en pensent alors les responsables marocains. Pour le moment, c’est le silence radio autour d’un marché qui n’a pas encore révélé tous ses secrets alors que les autorités donnent l’impression d’avoir toujours du mal à départager les soumissionnaires. Des sources annoncent cependant que les résultats de l’appel d’offres lancé par la douane ne vont pas tarder sachant que le contrat actuel n’expire que vers la fin de l’année en cours.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *