Politique du ciel ouvert : L’expérience marocaine partagée en Egypte

Politique du ciel ouvert : L’expérience marocaine partagée en Egypte

L’expérience marocaine en matière de politique du ciel ouvert a été présentée aux participants de la 61ème conférence du Conseil international des aéroports de la région Afrique tenue à Louxor en Egypte.

Dans une approche de partage d’expérience, Zouhair Mohamed El Aoufir, directeur général de l’Office national des aéroports (ONDA), a mis en exergue l’impact significatif de l’«open sky» sur le développement du trafic aérien et la promotion du tourisme national. «L’expérience marocaine dans ce domaine demeure pionnière. La mise en œuvre de la politique du ciel ouvert avec les pays européens a eu un impact positif sur le développement du trafic aérien qui a enregistré un rythme important», a-t-il souligné. Et de poursuivre que «la politique du ciel ouvert a été un pilier fondamental et solide pour atteindre les objectifs fixés par les stratégies gouvernementales de développement du secteur». Parmi les  résultats atteints dans le cadre de la mise en œuvre de cette politique, le directeur général de l’ONDA évoque l’entrée de nouveaux acteurs dans le secteur du transport aérien au Maroc. Il est question notamment des compagnies aériennes low cost qui, selon M. El Aoufir, ont largement contribué à la promotion du secteur du tourisme.

En effet, diverses mesures incitatives ont été accordées aux compagnies aériennes pour les inciter à créer de nouvelles lignes aériennes et à améliorer la fréquence des lignes existantes dans les aéroports touristiques. Ainsi, le nombre des pays connectés au Maroc est passé de 46 en 2006 (102 liaisons aériennes avec une fréquence hebdomadaire moyenne de 849) à 60 en 2018 (270 liaisons aériennes avec une fréquence hebdomadaire moyenne de 1.462).

La part des compagnies traditionnelles du transport aérien international est passée de 86% en 2006 (contre 14% pour les compagnies à bas coûts) à 54% en 2018 (contre 46% pour les compagnies aériennes à bas coûts). Le trafic aérien avec les pays de l’Union européenne a connu, pour sa part, une hausse remarquable. Le nombre des pays connectés avec le Maroc est passé de 17 en 2006 à 26 en 2018. Lors de son intervention, le directeur général de l’ONDA a  mis l’accent sur l’implication du Maroc dans le développement des aéroports et de ses services à travers des programmes de formation dans plusieurs domaines, notamment la protection et la sécurité.

Rappelons que la conférence du Conseil international des aéroports de la région Afrique, qui se poursuit  jusqu’au 10 mars, examinera les principaux défis auxquels sont confrontés les aéroports africains pour assurer leur croissance, les moyens de créer de nouvelles ressources et activités commerciales non aéronautiques, l’exploitation des zones environnantes des aéroports dans le cadre du concept Aerotropolis, l’impact de la politique du ciel ouvert sur le tourisme et le renforcement du partenariat et de la coopération entre les secteurs aéroportuaire et touristique.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *