Présidence de la CGEM : Les patrons plaident en faveur d’un comité intérimaire

Présidence de la CGEM : Les patrons plaident en faveur d’un comité intérimaire

Une réunion de crise a été tenue mercredi

Trois jours après la démission de Salaheddine Mezouar de la présidence de la CGEM, les patrons se sont mobilisés pour défendre le devenir de la confédération et du secteur privé en ce temps de crise. Une réunion d’urgence a eu lieu mercredi 16 octobre ayant réussi à mobiliser 33 des 77 administrateurs de droits. Une participation conforme au règlement interne de cette institution qui chavire ces derniers temps, d’autant plus que le poste de la vice-présidence est vacant depuis des mois. La rencontre du mercredi a été une occasion propice de réitérer l’engagement des patrons à sauver la Confédération, pérenniser ses actions et unir ses membres.

Les participants à ce conclave sont ressortis réconfortés. Une panoplie de propositions a été prise en vue de mener la CGEM à bon port en attendant la tenue de l’assemblée élective. Parmi les décisions prises, la convocation du 1/5 des administrateurs membres de droits au conseil d’administration du 28 octobre. L’occasion étant de statuer sur un bon nombre de points, notamment l’identité de celui ou celle qui remplacera «momentanément» Salaheddine Mezouar.

Si la première idée qui saute à l’esprit est de désigner un président par interim, les membres de la CGEM sont plutôt favorables à la constitution d’un comité intérimaire qui assurera selon les textes des statuts la continuité des affaires courantes de la CGEM. Ce comité devrait être constitué d’un président d’une fédération élu, d’un président de commission, d’un membre du groupe parlementaire de la CGEM et d’un président d’une région. Ces quatre personnes ne doivent en aucun cas avoir l’intention de se présenter aux prochaines élections de la Confédération.

Cette idée défendue par la majorité des membres, qui se sont présentés à cette réunion, a pour finalité de créer un climat paisible en cette phase transitoire et ce loin des tensions et rivalités que peuvent engendrer les élections. Le prochain président devra, par ailleurs, être élu dans les trois mois à venir et ce à compter du conseil d’administration du 28 octobre jusqu’au 28 janvier 2020. Les membres de la CGEM approuveront durant le conseil d’administration prévu les prochains jours le nouveau directeur général délégué de la Confédération, en l’occurrence Jalal Charaf qui a été désigné pour ce poste en août dernier.

Il succédera officiellement à Fadel Agoumi ayant quitté la CGEM en juillet dernier après six ans d’exercice. A l’ordre du jour du conseil d’administration du 28 octobre figure également l’initiation du processus électoral de la fédération de l’enseignement privé. Une instance qui constituera une force de proposition pour défendre la formation professionnelle et répondre aux problématiques liées à l’inadéquation entre «offre et formation». Le conseil d’administration de la CGEM se penchera également sur la nomination du président par intérim de la commission de financement, la reconduction du mandat du président de la 13ème région CGEM-MEM dédiée aux Marocains entrepreneurs du monde et la présentation des propositions relatives au projet de loi de Finances 2020.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *