Secteur aquacole : Les grands chantiers de l’ANDA

Secteur aquacole : Les grands chantiers de l’ANDA

L’agence fait le bilan de ses six ans d’existence

L’ANDA procédera à partir de 2018-2019 au lancement de la mise en œuvre des autres plans aquacoles portant sur les autres régions du littoral national, notamment ceux des régions de Casablanca-Settat, de Marrakech-Safi et ceux s’etendant de Guelmim à Boujdour.

Assurer la pérennité des ressources halieutiques est une des priorités assignées à la Stratégie Halieutis. Depuis la création de l’Agence de développement de l’aquaculture (ANDA) en 2011, cette entité s’active dans plusieurs chantiers pour soutenir le développement du secteur aquacole au Maroc.

Région Dakhla-Oued Eddahab : Finalisation de la sélection des dossiers

Le 23 novembre 2015, l’ANDA a entamé le lancement d’un appel à manifestation d’intérêt pour la mise en œuvre du plan d’aménagement aquacole de la région de Dakhla-Oued Eddahab. Et ce, après une série d’études scientifiques, techniques et financières menées de 2013 à 2015 sur une superficie de 225 km de la baie de Cintra.

Cette offre d’investissement est constituée de 878 unités de production s’étendant sur une superficie de plus de 6.556 ha dans laquelle plusieurs projets aquacoles peuvent être réalisés. Le montant d’investissement prévisionnel est estimé à 2,8 milliards de dirhams avec une production cible annuelle de près de 115.000 tonnes et une création de 3.300 emplois. Des opportunités destinées aux investisseurs intéressés aussi bien nationaux qu’internationaux.

Plan de développement de l’aquaculture marine dans la zone d’Imsouane à Sidi Ifni

Le plan d’aménagement de cette zone est constitué de cinq zones. La première zone est celle d’Imsouane à Tamri. La deuxième zone, quant à elle, est celle de Cap Ghir à Tamghart alors que la troisième zone comprend la zone de Tifnit à Oued Massa. La quatrième zone s’étale d’Oued Massa à Sidi Boulfdail alors que la cinquième zone est de Sidi Boufdail à Sidi Ifni. Totalisant 5.430 ha et recensant 330 parcelles destinées à la conchyliculture, à la pisciculture et à l’algoculture. L’appel à manifestation d’intérêt sera lancé dès la finalisation et la validation des études menées par l’ANDA avec les différents partenaires.

Un plan d’aménagement dédié à la zone méditerranéenne

Jouissant de grandes potentialités, cette zone a bénéficié d’un Plan d’aménagement aquacole (PAA) s’étalant de Cap Targha à Saadia, sur une longueur de 350 km.

Les résultats du PAA de cette zone attestent d’un potentiel aquacole s’élevant à 143.138 tonnes correspondant à 1.905 ha de surface utile identifiée et 85 unités de production. Le PAA a identifié 5 zones conchylicoles, une zone conchylicole/algocole et 11 zones piscicoles, réparties sur 3 régions aquacoles ayant des caractéristiques environnementales homogènes. La tendance piscicole de cette zone est accentuée sur une production piscicole globale de l’ordre de 139.608 tonnes contre 3.530 tonnes pour la production conchylicole globale. Par aileurs, l’ANDA procédera à partir de 2018-2019 au lancement de la mise en œuvre des autres plans aquacoles portant sur les autres régions du littoral national, notamment ceux des régions de Casablanca-Settat, de Marrakech-Safi et ceux s’etendant de Guelmim à Boujdour.

Trois projets pilotes portés par des coopératives

Dans le même cadre de développement du secteur aquacole au Maroc, l’ANDA assure l’accompagnement de trois projets de fermes aquacoles à caractère social au bénéfice de trois coopératives de la pêche artisanale actives en Méditerranée. Le premier projet d’accompagnement est porté par la coopérative Marchica dans le cadre de la Gestion intégrée des zones côtières (GIZC). Il est situé sur la lagune de Marchica et sur une superficie de 28 hectares. La production cible d’algues est de 4.000 tonnes par an avec utilisation de la technique d’élevage de filets tubulaires suspendus entre cadres sub-flottants.

Les partenaires de ce projet sont le département de l’environnement et le Fonds mondial pour l’environnement (FEM). Le deuxième projet pilote accompagné est celui porté par la coopérative Al Amal dans le cadre de la GIZC sur le large du port Ras Kebdana (province de Nador) avec une superficie de 15 hectares pour l’élevage des moules. La production ciblée étant de 320 tonnes/an. Le troisième projet pilote est initié par la coopérative de marins pêcheurs Cala Iris sur la baie de Cala Iris (province d’Al Hoceima) sur une superficie de 10 hectares. Ce projet est dédié à l’élevage des moules avec une production ciblée de 200 tonnes/an. Les partenaires de ce projet sont l’Agence japonaise de coopération internationale (JICA), National Oceanic and Atmospheric Administration (NOAA) et l’Agence pour la promotion et le développement économique et social des préfectures et provinces du Nord du Maroc (APDN).

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *