Edito : Facile de faire la leçon

Edito : Facile de faire la leçon

Un des ingrédients de base de la profession de politique est sans nul doute la crédibilité.

Quand l’électeur met son bulletin dans l’urne en donnant sa voix à un candidat, il le fait sur la base d’un bilan passé et/ou d’un programme à venir. Que ce soit pour l’un ou l’autre, la notion de crédibilité est primordiale. Si le bilan n’est pas conforme aux promesses ou si le programme « vendu » aux électeurs durant la campagne sent l’arnaque « politicienne », toute l’opération tombe à l’eau, à moins d’utiliser des moyens non conventionnels ou illégaux pour avoir les voix.

Et la crédibilité d’un homme politique commence d’abord par sa capacité à reconnaître ses erreurs et sa propension à faire preuve d’humilité. Ceci est encore plus le cas quand il a lui-même été aux affaires. Donner des leçons en matière de gestion des affaires et politiques publiques suppose que l’auteur fasse lui-même sa propre autocritique et pas seulement celle des autres. Ce principe de base n’est pourtant pas à la portée de tout le monde. Pour s’en convaincre, il suffit d’écouter et regarder une récente intervention du patron du PPS où il donnait littéralement des leçons en matière de redistribution des fruits de la croissance et du progrès, en matière d’égalités et d’équité sociale.

Or il se trouve que le PPS est depuis plusieurs années aux commandes de ministères qui sont par excellence des départements censés incarner ces principes (voir notre article en page 6). Et au vu des résultats médiocres en matière d’emploi enregistrés ces dernières années ou de la piètre situation de notre système de santé, entre autres exemples, l’on est en droit de poser UNE seule et unique question à M. Benabdallah : pourquoi son parti n’a-t-il pas appliqué les beaux principes, dont il parle aujourd’hui, pendant toutes ces années où il en avait l’initiative et la responsabilité ?

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *