Edito : Faut-il brûler les statisticiens ?

Edito : Faut-il brûler les statisticiens ?

Les chiffres sont têtus, on le sait. Qu’elles soient bonnes ou mauvaises, qu’elles plaisent ou pas, les statistiques restent des données objectives qui reflètent la réalité d’un phénomène, d’une grandeur économique ou sociale à un instant T.

En revanche, le tout est de savoir si la démarche qui a été suivie pour prendre les mesures est scientifiquement juste et valable. A ce niveau, pour ce qui est du cas du Maroc dont l’appareil statistique est le Haut-Commissariat au Plan, c’est une certitude que la méthodologie est juste parce que tout simplement auditée et validée par les instances mondiales de la statistique à leur tête l’ONU. Il s’agit d’une obligation prise par l’Etat marocain. La démarche suivie par le HCP dans la conduite de ses études et enquêtes est exactement identique à celle qu’on retrouvera dans tous les pays du monde dotés de statistiques parfaitement fiables. Et tous les Etats n’ont pas ce courage de s’engager à produire des statistiques fiables.

Remettre en cause, par exemple, les chiffres publiés périodiquement par les statisticiens du HCP en donnant comme argument la fiabilité de la démarche est donc difficilement recevable.

Mais aujourd’hui, on le sent, certains ne doivent pas porter les statisticiens du HCP dans leur cœur parce que l’image qu’ils leur renvoient de la réalité n’est pas toujours bonne.

Face à cela, deux attitudes possibles. La première c’est d’accepter le langage des chiffres, les analyser, déceler les problèmes et rechercher les solutions, auquel cas la statistique aura rempli son rôle d’aide à la décision.

La deuxième attitude c’est de brûler ces «maudits statisticiens». C’est la solution la plus facile car, moyennant un décret ou une loi, la statistique peut être annexée à un ministère et qu’on n’en parle plus. Mais cette solution peut être «politiquement» la plus coûteuse parce que mettant en jeu la crédibilité du Maroc…

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *