Employabilité : EFE Maroc innove pour insuffler de l’espoir aux jeunes chômeurs

Employabilité : EFE Maroc innove pour insuffler de l’espoir  aux jeunes chômeurs

Après 10 ans d’actions concrètes au service des jeunes en quête de travail, EFE Maroc lance une pièce de théâtre avec la troupe 19H Théâtre pour envoyer des messages instructifs aux jeunes dans un contexte ludique. La pièce de théâtre visera à impacter les décideurs également de telle sorte à renforcer les liens entre les différentes parties prenantes. Car tout le monde est concerné. 

EFE Maroc jouit d’un réseau dense qui compte plus de 350 entreprises. Ce dernier permet de réaliser les remontées des attentes de la part des recruteurs, en termes de profils, rendant l’exercice de la mise en place des sessions de formation plus aisé et surtout adéquat avec les besoins des managers.

EFE Maroc (Fondation marocaine de l’éducation pour l’emploi) inaugure une nouvelle forme de communication pour passer des messages aussi sérieux que celui lié à la problématique du chômage des jeunes dans un contexte théâtral humoristique. L’ONG à caractère non gouvernemental, créée il y a maintenant 10 ans, a tenu, en effet, à marquer cette décennie à travers une pièce de théâtre de la troupe marocaine 19H Théâtre. Le but étant d’aborder des problématiques liées à l’exercice difficile de la recherche d’emploi et à l’état d’esprit des jeunes à ce moment crucial de leur vie. Baptisée «Khedmouni», la pièce de théâtre sera produite 10 fois, à Casablanca. L’engouement est réel ; les deux premières représentations ayant affiché complet ! Les prochaines sont programmées entre le 22 février et le 18 avril prochain.

Accessible à un public large, l’œuvre est jouée en «Darija» avec une transcription murale en français. L’histoire de Azzedine, un jeune chômeur, est à la fois poignante et hilarante, face aux nombreux obstacles qu’il rencontre lors de sa quête d’emploi. «Son récit s’inspire des témoignages des chercheurs d’emploi qu’accompagne EFE Maroc depuis 2008. A travers cette initiative, l’association donne la parole à ces jeunes tout en les incitant à devenir acteurs du changement», explique, à juste titre, son nouveau président Anas Guennoun, nommé en décembre dernier. De son côté, Jihane Lahbabi-Berrada, DG d’EFE Maroc, ne manquera pas de faire remarquer que «le rôle de l’ONG est de créer un pont entre les différentes parties prenantes, à savoir chercheurs d’emploi, recruteurs, institutions publiques et société civile».

Le projet a reçu le soutien de plusieurs entreprises et les recettes des ventes seront versées à l’association dont le budget annuel avoisine les 15 MDH pour assurer les actions orientées toutes vers l’insertion des jeunes dans le monde professionnel.

Depuis sa création, l’association a formé plus de 46.000 jeunes. Le taux d’insertion a été estimé à 81%. Tous les programmes pédagogiques ont été conçus en tenant compte de la réalité du marché dans un souci d’adéquation formation et emploi. Pour y parvenir, EFE Maroc jouit d’un réseau dense qui compte plus de 350 entreprises. Ce dernier permet de réaliser les remontées des attentes de la part des recruteurs, en termes de profils, rendant l’exercice de la mise en place des sessions de formation plus aisé et surtout adéquat avec les besoins des managers. Sur le plan international, l’association adopte également une démarche basée sur les synergies avec les autres représentations, notamment dans la région Mena et Moyen-Orient. Le siège, basé à Washington, donne le ton et confirme l’ADN d’EFE Maroc, sans toutefois lui imposer des plans d’action ficelés. La force de toutes les représentations tient justement dans cette indépendance qui garantit une cohérence des programmes de formation en fonction de chaque environnement.

Bref, impacter le marché de l’emploi favorablement par l’insertion de jeunes plus outillés est la mission principale du team d’EFE Maroc. Le défi est réel et l’association entend bien mettre les bouchées doubles pour pousser toujours le rythme de son taux d’insertion des jeunes. Cette performance attestant sa crédibilité au niveau des recruteurs.

«Le cachet EFE est un gage davantage de chances pour les jeunes lors de leur recrutement», atteste la DG de l’ONG. Les 700 formateurs qui ont été recrutés par appel à candidature et ce, sur l’ensemble du territoire national, ont pour mission justement de combler les lacunes et doter les jeunes des soft skills nécessaires pour réussir un entretien d’embauche et par la suite, une intégration dans la vie professionnelle.

Les enjeux sont réels. Et le rythme des actions de formation et d’accompagnement dépend du niveau des dons, le plus souvent issus de l’étranger. Depuis, le départ de grands groupes ont accompagné la mission de l’ONG pour ne citer que Mastercard, Accenture, Microsoft. il faut dire que l’origine de l’aventure tient à l’histoire dramatique du philanthrope américain, Ron Bruder, qui a failli perdre sa fille lors des attentats du 11 septembre et qui après l’avoir retrouvée après 48 heures a décidé de réagir face à la montée du terrorisme exclusivement alimenté par des jeunes sans travail. Sa tournée dans des pays d’Afrique et du Moyen- Orient a vite fait de l’inspirer et pour monter un réseau non gouvernemental au service de l’insertion professionnelle des jeunes âgés entre 24 et 35 ans.

Aujourd’hui encore, le fléau du chômage chez les jeunes continue à engendrer des menaces latentes dans certains pays.

Le Maroc a appuyé sur la sonnette d’alarme. La nouvelle stratégie de l’éducation devra bientôt voir le jour.

Les équipes EFE Maroc continuent à tisser et apporter les recommandations nécessaires aux acteurs institutionnels concernés par la question de l’emploi pour une appropriation naturelle d’une démarche qui marche sur le terrain !

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *