L’employabilité des jeunes soutenue par le CJD grâce à l’IFC

L’employabilité des jeunes soutenue par le CJD grâce à l’IFC

L’adéquation formation et emploi représente le meilleur critère pour que les lauréats soient recrutés dans un marché constitué de près de 95% de PME.

Dans un contexte d’accès à l’emploi difficile, le Centre des jeunes dirigeants (CJD) et la Société financière internationale (IFC), entité rattachée à la Banque mondiale, viennent de renouveler leur partenariat. Objectif : favoriser la formation des jeunes diplômés et entrepreneurs aux techniques du management et développer leur employabilité.

C’est depuis le mois de février 2015 que le Centre des jeunes dirigeants (CJD) a lancé l’Entrepreneurship Academy pour former de jeunes entrepreneurs et managers selon la méthodologie Business Edge. Conçu par l’IFC, le programme de formation vise à consolider l’esprit entrepreneurial et les capacités de gestion et de management des jeunes.

Pour l’heure, ce sont près de 350 participants qui ont été formés par l’académie. «Business Edge est une méthodologie complète et pratique organisée autour de plusieurs modules comme le marketing, la finance, la comptabilité, les ressources humaines et les aptitudes au management. La valeur ajoutée des formations est très appréciée par les jeunes», confie Hicham Zoubairi, président de l’Entrepreneurship Academy du CJD.

«La force de Business Edge se traduit par une pédagogie interactive et un enseignement ouvert sur les besoins sociétaux et économiques des jeunes qui leur permettent de disposer des connaissances, outils et compétences directement applicables pour améliorer et développer leur activité». Salma Roudab, âgée de 25 ans a bénéficié de la formation Business Edge organisée par le CJD l’an dernier. «La formation était très concrète et répondait parfaitement à mes interrogations», assure-t-elle. «Maintenant, mon business plan est mieux conçu et plus réaliste ; ce qui me permet d’avoir plus de visibilité en termes de gestion et de flux de trésorerie et donc de meilleurs résultats».

Pour Mouhcine Ait Hssaine, jeune entrepreneur de la région de Meknès, «le module marketing en particulier m’a permis de mieux positionner et vendre mes services d’aménagement, réparation et travaux divers».

Les témoignages parlent d’eux-mêmes. Et l’adéquation formation et emploi représente le meilleur critère pour que les lauréats soient recrutés dans un marché constitué de près de 95% de PME. Les enjeux sont clairs. Sylvia Zulu, Manager Global SME and Value Chain Solutions d’IFC, le confirme. Pour elle, «former les jeunes en adéquation avec les compétences requises par les employeurs et encourager ainsi leur employabilité est une nécessité pour leur avenir et une priorité pour IFC. En réalisant pleinement leur potentiel, ces jeunes contribuent également à la croissance de leur pays.»

Ce projet bénéficie aussi du soutien de la Banque islamique de développement, du gouvernement des Pays-Bas, du Secrétariat d’Etat suisse aux affaires économiques et de UKaid. Le programme Business Edge a déjà permis à plus de 200.000 personnes de 56 pays d’améliorer leur performance.

A propos de l’IFC

IFC (Société financière internationale), membre du Groupe de la Banque mondiale, est la plus importante institution internationale d’aide au développement au service du secteur privé dans les pays émergents. IFC travaille avec plus de 2.000 entreprises dans le monde et mobilise son capital, son expertise et son influence pour créer des opportunités là où elles font défaut. Au cours de l’année fiscale 2015, IFC a consacré près de 18 milliards de dollars d’investissements, à long terme, pour accroître la capacité du secteur privé à participer aux efforts mondiaux de lutte contre la pauvreté et plus de prospérité partagée.

A propos du CJD

Il s’agit d’un mouvement d’entrepreneurs militants constructeurs engagés depuis plus de 76 ans. Les membres du CJD se forment au métier de «dirigeant-entrepreneur». Les  priorités sont liées à la fois aux critères de compétitivité mais aussi aux valeurs humaines que doit avoir un entrepreneur. Le CJD est créateur du concept de Performance Globale (économique, sociale, sociétale et environnementale).

Le mouvement compte aujourd’hui plus de 4.200 chefs d’entreprises et cadres dirigeants en France, 13 CJD à l’international et 25 correspondants dans le monde. Plus de 75.000 chefs d’entreprises toujours en activité ont bénéficié des actions du CJD.

Mouvement indépendant et en expérimentation constante, le CJD a toujours alimenté les réflexions et influencé les décisions économiques, politiques et sociales. Créé en 2001, le CJD Maroc compte aujourd’hui plus de 150 membres à travers ses 7 sections présentes à Casablanca, Rabat, Tanger, Fès, Marrakech, Agadir et Dakhla.

Source : CJD

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *