Politique du genre: Quand Accor prône la parité !

Politique du genre: Quand Accor prône la parité !

Techniquement, les Women’s Empowerment Principles (WEPs) reposent sur 7 principes (voir encadré) visant à soutenir l’autonomisation des femmes dans le milieu de l’entreprise, sur le marché de l’emploi et au sein de la société.

A travers cette signature, Accor affirme, une fois de plus, son engagement à défendre la parité femme/homme à travers son réseau mondial.

«En signant les Women’s Empowerment Principles, Accor réaffirme son engagement contre les stéréotypes et en faveur de l’augmentation du pourcentage de femmes à des postes décisionnels. Je suis convaincu que la mixité est un atout pour dynamiser la performance et l’innovation au sein de nos équipes : nous avons tous à y gagner!», atteste Sébastien Bazin, pdg du groupe.
Le top management met en effet au cœur de sa stratégie non seulement les différences de chacun de ses collaborateurs. Plus, la stratégie valorise les compétences individuelles au delà de toute considération. La performance représentant l’objectif ultime. «L’égalité professionnelle et la lutte contre les stéréotypes sont une priorité de Accor formalisée, dès 2011, par sa Charte Diversité traduite en 15 langues», argumentent les responsables d’Accor.

Et c’est dans cet esprit qu’est né il y a deux ans le Women at Accor Generation (WAAG). Ce réseau international  vise à accompagner les collaboratrices dans leur développement personnel et professionnel. Ce réseau compte, désormais, plus de 2.500 membres femmes et hommes à travers les cinq continents.  Le WAAG développe un programme de mentoring. Le dialogue, l’évolution professionnelle ou encore la mise en relation avec d’autres réseaux sont les axes retenus pour développer le réseau. «En parallèle des actions menées depuis deux ans par le WAAG, ce programme offre non seulement à nos collaboratrices une nouvelle tribune d’expression, mais renforce l’engagement du Groupe dans une démarche de progrès continu afin d’accélérer sa transformation culturelle et managériale», explique Sophie Stabile, directrice financière d’Accor et présidente du WAAG.

Le témoignage de Laetitia Nyop, directrice d’hôtel à Lomé au Togo est édifiant à plus d’un titre : «Grâce au WAAG, j’ai pu échanger avec des femmes brillantes, à des postes clés. J’ai compris que la volonté du Groupe était d’encourager les femmes à prendre davantage de responsabilités. Alors que la région ne comptait aucune représentante féminine, il y a deux ans, nous sommes trois aujourd’hui. C’est un grand progrès! Je suis, d’ailleurs, devenue mentor à mon tour.

À ces mères qui s’occupent de la maison, travaillent pour améliorer le quotidien de la famille et n’osent pas imaginer avoir de l’ambition, je réponds par l’exemple. Je leur dis : oui, c’est possible. Travaillez et soyez courageuses!». Au Maroc, c’est Touria El Bourakkadi, directrice d’hôtel à Casablanca Nearshore Maroc, qui représente, cette année, le WAAG en Afrique et la partie de l’océan Indien. Pour elle, «les femmes représentent environ 33% des effectifs dans nos hôtels. Aujourd’hui, environ 20% des directeurs et directeurs d’exploitation sont… des directrices. C’est bien mais pas suffisant. Voilà pourquoi j’ai eu envie de m’impliquer et de faire évoluer les choses. Le WAAG facilite la prise de conscience, permet aux femmes de s’exprimer et fait évoluer les mentalités. En soi, c’est déjà un énorme progrès».

Bref, cette initiative est un exemple concret pour permettre à la parité homme-femme de se mettre en place. Aujourd’hui, les enjeux au niveau de la mise en place d’une politique du genre à l’échelle nationale ne sont plus à démontrer. La généralisation d’un tel programme à l’ensemble du tissu économique est, certes, utopique compte tenu des résistances persistantes, notamment dans les entreprises familiales ou les PME en général. Il reste que ce programme des Nations Unies demeure un modèle que devraient intégrer les responsables de ce dossier dans leur canevas de réflexion pour faciliter la démarche d’intégration des femmes dans le monde de l’entreprise. La discrimination fondée sur le sexe étant une réalité malheureusement et ce dans tous les domaines d’activité.

 7 principes sur lesquels repose le programme

Principe 1 : Avoir une direction favorable à l’égalité des sexes au plus haut niveau des entreprises.

Principe 2 : Traiter tous les hommes et les femmes de manière équitable au travail – respecter et appuyer les droits de l’Homme et la non-discrimination.

Principe 3 : Garantir la santé, la sécurité et le bien-être des travailleurs des deux sexes.

Principe 4 : Promouvoir l’éducation, la formation et le développement professionnel des femmes.

Principe 5 : Mettre en œuvre des pratiques permettant d’autonomiser les femmes au niveau du développement des entreprises, de la chaîne logistique et du marketing.  

Principe 6 : Promouvoir l’égalité grâce à des initiatives communautaires et à la mobilisation.

Principe 7 : Mesurer et faire rapport publiquement sur les progrès réalisés en faveur de l’égalité des sexes.

 

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *