Commande publique : 50 réclamations reçues par la Commission nationale

Commande publique : 50 réclamations reçues  par la Commission nationale

Le chef de gouvernement interpellé sur «les marchés publics et l’enjeu de la bonne gouvernance»

La CNCP a pour mission d’encadrer la commande publique, de maîtriser la dépense publique et de garantir les principes de transparence et de parité dans l’élaboration et l’exécution des contrats entre les concurrents.

L’heure est au bilan pour la Commission nationale de la commande publique (CNCP). Cette dernière a reçu 50 réclamations de la part des concurrents et des titulaires des marchés, depuis son lancement le 19 janvier 2018. Le chiffre a été annoncé par le chef de gouvernement Saâd Eddine El Othmani. En effet, le numéro un de l’Exécutif répondait à une question sur «les marchés publics et l’enjeu de la bonne gouvernance» posée lors de la séance mensuelle de la Chambre des conseillers consacrée à la politique générale. Il a dans ce sens, fait savoir que la CNCP a renforcé sa position au sein du système des marchés publics, après uniquement 5 mois de son installation, à travers la consécration de la confiance, notant que la commission a reçu 50 réclamations et 20 demandes de consultation de la part d’administrations et d’établissements publics, dont la plupart ont reçu des réponses.

Ladite commission a renforcé sa position et poursuivi ses missions visant l’amélioration de la gouvernance et la gestion des marchés publics, a-t-il affirmé, relevant son adoption d’une stratégie d’action ambitieuse, étalée sur plusieurs années qui permettra de doter les différentes administrations et entreprises d’une vision stratégique, de faire des marchés publics l’un des mécanismes appuyant la compétitivité de l’économie nationale et d’adopter une approche du bon usage des deniers publics.

Il a aussi mis l’accent sur la nécessité d’introduire les dimensions économique et de management au cœur de la mission des commandes publiques au lieu de se limiter au volet procédural et d’unifier les concepts entre les différents intervenants dans ce domaine, exprimant la volonté du gouvernement de poursuivre les différents chantiers de réformes visant à améliorer la gouvernance des marchés publics pour davantage de transparence et d’égalité dans l’accès aux marchés selon la logique du mérite. Le chef de gouvernement a également souligné l’importance d’adapter les marchés publics à la taille et aux capacités des entreprises, notamment celles petites et moyennes, afin de les accompagner, d’accroître leur compétitivité et de simplifier les conditions de leur participation aux marchés, insistant sur l’importance d’adopter une approche de management basée sur les résultats et l’efficience et d’encourager la créativité et l’innovation sans omettre la préservation de l’environnement.

La CNCP a pour mission d’encadrer la commande publique, de maîtriser la dépense publique et de garantir les principes de transparence et de parité dans l’élaboration et l’exécution des contrats entre les concurrents, tout en améliorant le traitement des réclamations. Par ailleurs, M. El Othmani a dit que «la réforme du système des marchés publics ne peut se faire de manière isolée de l’environnement général, mais elle est basée sur une perspective globale et intégrée pour la gestion des marchés publics, en tenant compte de diverses dimensions juridiques, économiques, sociales, administratives et autres». Et d’ajouter que cette vision repose sur la nécessité de faire des commandes publiques un mécanisme efficient et efficace à même de promouvoir le développement économique et social.

loading...
loading...

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *