Lachgar veut un huissier de justice au cours des négociations avec Benkirane

Lachgar veut un huissier de justice au cours des négociations avec Benkirane

Le premier secrétaire de l’USFP parle d’amalgame entre l’institution gouvernementale et les partis politiques

«Le plus dangereux au cours de cette étape est l’amalgame entre l’institution gouvernementale et les partis politiques». Les propos émanent du premier secrétaire de l’Union socialiste des forces populaires (USFP), Driss Lachgar. Au cours d’une conférence de presse organisée au siège du parti de la rose à Rabat, Lachgar a accusé le chef de gouvernement désigné d’être à l’origine du blocage.

«Le chef de gouvernement a nui à l’image du Maroc», a-t-il ajouté. Driss Lachgar est également revenu sur la coordination avec trois autres partis politiques, à savoir le Rassemblement national des indépendants (RNI), le Mouvement populaire (MP) et l’Union constitutionnelle (UC). «Nous sommes avec Aziz Akhannouch (ndlr, président du RNI) en sa qualité de partenaire pour cette étape. Notre main est tendue pour le chef de gouvernement désigné», a fait savoir le premier secrétaire de l’USFP expliquant que la décision de la participation de son parti au prochain gouvernement a été prise par la commission administrative qui fait office d’un «parlement» pour le parti de la rose. «Nous allons tout faire pour défendre cette décision de la commission administrative», a-t-il déclaré devant les médias. Cette sortie de Lachgar intervient quelques jours seulement après la publication par le secrétariat général du Parti de la justice et du développement (PJD) d’un communiqué où il est question de sa décision de limiter la participation au prochain gouvernement aux partis de la majorité gouvernementale sortante. Abdelilah Benkirane, chef de gouvernement désigné, et avec lui la direction du parti ont voulu réitérer, leur veto contre la participation de l’USFP.

Cinq mois après la désignation de Benkirane pour former une nouvelle majorité gouvernementale, les négociations restent ainsi au point mort. Pire encore, Lachgar évoque l’absence de confiance. «Nous avons une coordination avec trois autres partis et nous avons déjà affirmé que nous avons besoin d’une équipe gouvernementale forte», ajoutant qu’il n’est pas question de parler «de négociations entre les partis politiques selon une méthode basée sur le scepticisme». Lachgar a ajouté que les partis auront besoin de faire appel à un huissier de justice pour poursuivre les négociations avec le chef de gouvernement. S’agissant du dernier congrès de l’Internationale Socialiste, le premier secrétaire de l’USFP a déclaré que les efforts de son parti ont été fructueux pour barrer la route aux séparatistes lors du congrès.

«Pour la première fois, le dossier du Sahara a été enlevé de l’ordre du jour du congrès grâce aux efforts du parti de la rose au cours des réunions préparatoires au Sénégal, au Maroc et en Espagne», a-t-il dit. Et de conclure : «Toutes les réunions connaissent la mobilisation de l’axe Pretoria-Stockholm pour soutenir les thèses des séparatistes mais les efforts de l’USFP ont conduit à ce que l’Internationale Socialiste finisse par soutenir le règlement de ce dossier sous l’égide de l’Organisation des Nations Unies (ONU)».

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *