«Al Moustakbal Individuel» : Une couverture retraite pour les médecins dentistes

«Al Moustakbal Individuel» : Une couverture retraite pour les médecins dentistes

Fruit d’un partenariat entre l’ONMD et la CIMR

Les médecins dentistes peuvent désormais bénéficier d’une couverture retraite de la part de la CIMR. En effet, l’Ordre national des médecins dentistes (ONMD) et la Caisse interprofessionnelle marocaine de retraite (CIMR) ont signé samedi à Casablanca une convention de partenariat pour un nouveau service en ligne. Plus en détails, cette convention permet aux dentistes à travers le produit «Al Moustakbal Individuel» de bénéficier des prestations de la CIMR.

Ainsi, les adhérents profitent via cette prestation d’une pension de retraite mensuelle, payée à vie et qui augmente annuellement, mais ils ont également la possibilité de disposer d’un capital en plus de la pension. La convention permet aussi aux médecins membres de l’ONMD de toucher une pension viagère pour le conjoint survivant ou les orphelins en cas de décès et un capital aux héritiers au décès d’un allocataire. Selon les deux signataires, ce partenariat consolide les efforts de l’ONMD pour accompagner plus de 6.000 médecins du secteur libéral sur le plan social. Il intervient suite à l’ouverture du régime de la CIMR à l’adhésion individuelle des personnes physiques, en particulier les professions libérales et travailleurs indépendants.

Les deux organismes s’engagent dans le cadre de ce partenariat à développer leur coopération et leur partenariat, et à élargir la base des médecins dentistes bénéficiant du régime de retraite. Ce partenariat est également une base pour échanger toute information, statistique et documentation d’intérêt commun entre l’ONMD et la CIMR, précisent les deux organismes. Dans cette perspective, la CIMR est partie du constat que seule 37% de la population active est couverte par un régime de retraite obligatoire et plus de 7 millions d’actifs ne disposent pas de couverture retraite. Cela inclut les médecins dentistes qui à l’instar de toutes les professions libérales font face à un risque de précarisation lorsqu’ils atteignent l’âge de la retraite.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *