Education: Le douloureux constat de l’Unesco

Education: Le douloureux constat de l’Unesco

L’Organisation des Nations Unies pour l’éducation, la science et la culture (Unesco) a publié récemment son rapport 2016 sur l’éducation dans le monde.

Les données sur le Maroc sont alarmantes. En matière d’abandon scolaire, aucune amélioration n’a été constatée. Selon le rapport, 37.000 enfants dont 54% de filles n’ont pas regagné les bancs de l’école en 2014. Autre donnée à retenir : l’Unesco estime qu’il y aurait 300.000   analphabètes âgés entre 15 et 24 ans alors que 7 millions de Marocains âgés de plus de 15 ans n’ont jamais eu accès à l’école.

L’Unesco souligne par ailleurs que seulement  60% des enfants au Maroc poursuivent un cursus scolaire. Ce pourcentage est plus important chez les garçons (65,5%).

L’Organisation internationale affirme que la situation de l’éducation s’aggrave au niveau des études secondaires. Concrètement, 56% des élèves réussissent à terminer leur cursus secondaire. Aussi, les élèves qui arrivent à intégrer le lycée ne représentent que 69% du total des enfants scolarisés. Ce niveau baisse à 24% pour les élèves qui bouclent leurs études secondaires pour entamer un cursus universitaire. D’ailleurs, le nombre d’étudiants marocains qui réussissent le cursus supérieur est très  bas. A ce sujet, l’Unesco place le Maroc à l’avant-dernière place dans le monde arabe.

Le chemin est encore long avant de voir tous les objectifs réalisés.Ce rapport révèle que, selon les tendances actuelles, l’enseignement primaire universel ne sera atteint qu’en 2042 , l’enseignement secondaire du premier cycle universel en 2059 et  l’enseignement secondaire du second cycle universel en 2084. Ce qui représente des années de retard par rapport à  l’échéance de 2030 fixée pour les engagements mondiaux définis dans les Objectifs de développement durable.

La situation au Maroc est loin de s’arranger avec la fermeture de plusieurs écoles publiques et le manque crucial d’enseignants.  Les syndicats d’enseignants  estiment qu’il faudrait 30.000 professeurs  pour combler le manque existant. De son côté, le ministère de l’éducation nationale a lancé une importante opération de recrutement exceptionnelle pour le compte de l’année scolaire 2016-2017. Il s’agit de plus de 11.000 postes à pourvoir. Ce sont les Académies régionales de l’éducation et de la formation (Aref) qui sont chargées de cette opération de recrutement, en plus des postes déjà prévus dans le cadre de la loi de Finances 2017.

Rappelons que selon le Haut-Commissariat au Plan (HCP), le Maroc comptait en 2014, 8,6 millions d’analphabètes sur 33,8 millions d’habitants, contre 10,2 millions en 2004, soit 32% de la population.

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *