Handicap mental : Le ministère de l’éducation nationale réagit

Handicap mental : Le ministère de l’éducation nationale réagit

La tutelle dément la suspension des mesures d’accompagnement pour les écoliers

Le ministère de l’éducation nationale, de la formation professionnelle, de l’enseignement supérieur et de la recherche scientifique sort de son silence sur la situation scolaire des enfants en situation de handicap mental. Dans un communiqué, le ministère dément  les allégations de l’Union nationale des associations œuvrant dans le domaine du handicap mental (UNAHM) sur l’annulation du droit à l’accompagnement pour ces enfants, lors des examens de la 6éme année du primaire. La tutelle a ainsi nié cette décision en précisant que l’article 24 de l’arrêté ministériel N°011-17, rendu en mars 2017 et relatif au cahier des procédures des examens pour l’obtention du certificat des études primaires, ne concerne que certains cas souffrant de handicap psychomoteur.

Tous les candidats en situation de handicap bénéficient d’une adaptation adéquate aux conditions de l’examen et de la correction, souligne le communiqué, précisant que les formules d’adaptation doivent être assurées par les commissions médicales provinciales, selon le type et le degré du handicap, inclus dans le dossier médical du candidat. Le ministère rappelle qu’en vertu de l’article 24, les candidats peuvent bénéficier, selon le type et le degré du handicap, soit d’un accompagnement autorisé par la délégation provinciale du ministère ou d’un prolongement de la durée de l’examen d’une demi-heure ou les deux à la fois. A noter que  cet accompagnement est uniquement  autorisé après dépôt d’un engagement certifié de ne présenter aucune aide au candidat lors de l’examen. Le ministère assure travailler actuellement sur  l’élaboration et la mise en place d’un programme qui permettra d’adapter les épreuves et les contrôles continus aux besoins de cette catégorie. Celui-ci entend poursuivre ses efforts pour la consécration de l’équité et de l’égalité des chances en vue  d’assurer l’éducation de toutes les catégories sociales, en particulier les personnes en situation de handicap, conformément à la vision stratégique 2015-2030.

Pour rappel, dans un communiqué publié le 5 avril, l’UNAHM avait dénoncé avec véhémence la décision du ministère jugée « discriminatoire».  Les associations avaient ainsi demandé son annulation en urgence afin que les enfants en situation de handicap mental puissent passer leurs examens accompagnés et avec des mesures adaptatives.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *