La saison estivale à Agadir : comme si vous y étiez !

La saison estivale à Agadir : comme si vous y étiez !

La saison estivale au niveau de la ville d’Agadir, considérée pendant plusieurs années comme l’une des destinations privilégiées des Marocains, a été cette année marquée par une forte affluence de touristes nationaux, notamment vers la deuxième moitié du mois d’août, en raison de la coïncidence des vacances avec la fête du sacrifice, et qui arrivé en pleine saison estivale. Beaucoup d’estivants ont choisi de reporter leur voyage et le programmer quelques jours après la célébration de cette fête sacrée pour les Marocains.

Dans ce sens, la ville d’Agadir et sa région ont enregistré quelques jours seulement après cet évènement religieux une arrivée massive de touristes nationaux, pour profiter des instants de détente dans la capitale du Souss-Massa, et qui a été constatée de visu dans les différents coins et plages de la région, surtout pour passer des moments en famille avant la rentrée scolaire programmée pour le 5 septembre. A cela s’ajoute une forte présence des Marocains résidant à l’étranger (MRE), dont un grand nombre a opté de passer ses vacances dans le pays, et ce pour faire d’une pierre deux coups ; célébrer la fête en famille et également se bronzer et se faire caresser par les rayons du beau soleil de cette ville réputée pour la qualité de ses plages et ses conditions climatiques idéales durant cette période de l’année.

D’Agadir plage, en passant par Anza, Aourir, Imourane, Plage KM17, Taghazout, La Madrague, Plage KM 25, Imi Ouaddar, Aghroud, les différentes plages d’Agadir ont accueilli des dizaines de milliers d’estivants à la quête d’un moment de calme et d’évasion, après une longue période de stress, reproduisant ainsi le même scénario annuel, en l’occurrence un étouffement routier considérable, et un véritable blocage au niveau de plusieurs bouchons dont l’entrée nord de la ville à proximité de la Marina, du port et de la Kasbah d’Agadir Oufela.

Dans ce cadre, il faut compter au minimum deux heures de route entre Agadir et Taghazout, voire plus lors des moments de pointe notamment vers 15h, et à la fin de la journée, alors que la distance qui sépare les deux centres ne dépasse pas une vingtaine de kilomètres. Ce blocage s’aggrave au niveau de la commune d’Aourir connue par ses cafés et restaurants traditionnels dispersés à proximité de la route nationale N°1 menant à Essaouira, et ce malgré les efforts déployés par les éléments de la gendarmerie nationale, qui double ses effectifs durant cette saison. Cette situation perturbante oblige de nombreux estivants à avancer ou retarder leur déplacement dans les plages situées au nord de la ville juste pour éviter ce scénario désagréable, et qui risque de transformer ces moments de détente et de repos en un véritable cauchemar. Et qui s’ajoute au problème de parkings anarchiques éparpillés dans la région, et qui sont contrôlés souvent par des inconnus qui imposent des tarifs exagérés aux propriétaires de voitures, sans passer par les procédures administratives en vigueur.

En effet, à l’occasion de cette saison, de nombreuses personnes notamment des jeunes se convertissent en gardiens de voitures dans les zones jouxtant les plages pour soustraire de l’argent facilement aux estivants au motif de garder leurs voitures. Le problème de stationnement se reproduit également au niveau de la corniche de la ville qui s’étale sur plus de 5 km. Obtenir une place dans ces parkings près de la plage prise d’assaut par les estivants venus des quatre coins de la région et zones rurales devient un précieux sésame. Et aussi au niveau du Souk El-Ha qui demeure l’un des endroits les plus visités par les touristes désirant se procurer un souvenir de la région notamment ses produits du terroir dont le miel, Amlou, huile d’argane, et dont les prix connaissent une véritable hausse durant cette époque très attendue par les commerçants locaux, et qui enregistre une forte demande notamment de la part des touristes nationaux. Ces derniers continuent de booster la destination durant les mois de juillet et d’août. D’ailleurs, selon des chiffres du Conseil régional du tourisme (CRT) d’Agadir Souss-Massa, «les touristes arrivés à Agadir en provenance des différentes villes marocaines durant le premier semestre de cette année étaient au nombre de 166.560, occupant ainsi la première place parmi les visiteurs de différentes nationalités qui ont opté pour cette destination».

La même source ajoute que le nombre de touristes nationaux arrivés dans les établissements hôteliers classés d’Agadir au cours des six premiers mois de cette année a connu une progression de 19,66% par rapport au nombre de 139.189 enregistré durant la même période de l’année 2018. Les touristes français arrivent en deuxième position avec 103.111 arrivées contre 87.340 durant le premier semestre de l’année précédente, marquant une hausse de 18,06%, relève la même source, ajoutant que les touristes allemands arrivent en 3e position avec 63.350 arrivées en progression de 5,84%. Les arrivées des touristes en provenance du Royaume-Uni ont enregistré une hausse de 23,65% passant de 49.400 à 61.085 durant les six premiers mois de 2019. Les établissements touristiques classés à Agadir ont enregistré 523.686 arrivées de différentes nationalités durant le premier semestre de 2019 contre 486.651 au titre de la même période une année auparavant, soit une hausse de 7,61 %. Tout au long de ces deux mois de nombreux estivants préfèrent recourir au locatif informel, et ce à travers les annonces publiées sur les plates-formes spécialisées et réseaux sociaux, ou en recourant aux services des intermédiaires et des jeunes qui exposent les clés des appartements à louer au bord de la route. Les prix varient souvent entre 300 et 700 DH.

Articles similaires

Laissez un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *